Tetramorium caespitum

  • Signalétique de Tetramorium caespitum

    Classification
    Famille: Formicidae
    Sous-famille: Myrmicinae
    Tribu: Tetramoriini
    Genre: Tetramorium
    Espèce: Tetramorium caespitum
    Tetramorium caespitum
    (Linnaeus, 1758)
    • "Tetra" signifiantquatre,
    • "morium" signifiant épaules carrées,
    • "caespitum" signifiant gazon/herbe.

    Ouvrière Tetramorium "caespitum"

    de DMX
    Taille des ouvrières: 
    2,0 à 4,0mm

    Morphisme:

    Fondation de Tetramorium caespitum en nid. Les ouvrières et la gyne s'occupent du couvain.

    de etii
    Taille de la gyne: 
    6,0 à 7,0mm

    Gynie:

    Mâle Tetramorium caespitum venu mourir sur un linge blanc après son vol nuptial. La fin est proche...

    de SuperNova
    Taille du mâle: 
    5,0 à 7,0mm
    L'espèce Tetramorium "caespitum", aussi appelées "fourmis des pavés", "fourmis des trottoirs" ou" fourmis des gazons" est une petite fourmi de couleur marron/noir présente du littoral à la haute montagne.
    Il est important de noter en premier lieu que le groupe Tetramorium caespitum/impurum est actuellement en révision majeure sur la base d'analyses génétiques. Il est possible dans le futur que ce groupe soit scindé en un nombre d'espèces plus important.

    Tetramorium caespitum abonde dans son milieu de prédilection et est commune sur l'ensemble du territoire. Il s'agit d'une espèce ubiquiste et opportuniste cherchant les milieux exposés. Elles niche fréquemment sous les pierres, ou en pleine terre. Présente jusqu’à 2400 mètres d'altitude. Elle est souvent surnommée "fourmis des trottoirs" ou "fourmis des gazons" de par sa propension à nidifier dans les milieux modifiés par l'homme. Les colonies sont populeuses, bien que celles-ci puissent se montrer discrètes de par la petite taille des ouvrières. L'espèce n'est pas spécialement dominante dans son milieu, mais d’impressionnants combats impliquant un nombre remarquablement élevé d'ouvrières peuvent parfois être observés entre colonies proches.

    Ouvrières Tetramorium caespitum effectuant des travaux de terrassement.

    (de L'haricot)

    Ouvrière Tetramorium caespitum transportant une larve.

    (de L'haricot)


    Le polymorphisme n'est pas présent. Le coloris des ouvrières et de la gyne peut varier de brun clair à brun foncé en passant par brun rougeâtre. Les gynes sont facilement confondues avec les gyne de Pheidole pallidula ayant la même taille, la même allure et la même gamme de coloris. Cependant, la distinction est aisée au sein des ouvrières : Tetramorium caespitum montre un thorax sculpté aux épaules carrées caractéristiques.

    (de L'haricot)

    Salle "royale" d'une gyne Tetramorium caespitum. Les ouvrières s'occupent des larves.

    (de etii)


    L'espèce essaime typiquement en été et est généralement reportée de fin Juin à début septembre, avec un pic d’intensité en Juillet - Aout. Les sexués mâles et femelles sont produits au printemps. Les essaimages sont très massifs et il est facile de se procurer une gyne fécondée. L'espèce n'est pas particulièrement sensible aux acariens, bien que ceux-ci doivent être comme toujours évités tant que possible.

    Particularité comportementales :

    Des combats spectaculaires éclatent parfois entre colonies de Tetramorium proches, impliquant de nombreuses ouvrières. Les fourmis s'engagent dans un corps à corps meurtrier jusqu’à former un tapis compact.

  • Biologie et Écologie de Tetramorium caespitum

    Ouvrières Tetramorium caespitum

    de SuperNova
    Les nids sont dans la terre, souvent sous des pierres, cette espèce préfère les milieux ouverts.
    de AntsBiology
    Elles nidifient principalement dans les zones sèches sous des pierres exposées au sud pour favoriser le développement du couvain (nymphe).

    Ouvrière Tetramorium caespitum rapportant de la nourriture...

    de SuperNova
    Espèce omnivore, qui chasse des insectes, récolte des petites graines et élève des insectes suceurs de sève sur des racines (pucerons...).

    Carte de répartition géographique de Tetramorium caespitum

    de Will
    Cette espèce prolifère sur toute la superficie Française.

    Développement et reproduction de Tetramorium caespitum

    Méthode de fondation:

    Cycle de développement:

    Population à maturité: 
    30 000
  • Élevage de Tetramorium caespitum

    20 à 28°C
    50 à 65%
    Oui

    Fondation

    Indépendante et claustrale. Après l'essaimage ayant lieu durant l'été, la reine élève seule une première génération d'ouvrières. Placez la reine fécondée dans un tube à essai muni d'une réserve d'eau. La première génération comptera en moyenne une bonne dizaine d'ouvrières. L'espèce est relativement prolifique.

    Le nid

    Le nid ne devra pas obligatoirement être blindé. Bien qu'elles soient capables de creuser le béton cellulaire, peu de cas de forages ont été reportés en captivité. Ce phénomène se produit principalement quand la colonie manque de place. Un nid en plâtre, béton cellulaire ou plexiglas sera adapté. Le blindage est optionnel. Le nid devra être moyennement humidifié, entre 25 et 50 % de la surface du nid humide sera optimal. Une profondeur de 5 mm sera appréciée. L'espèce créant de grandes colonies, une aire de chasse conséquente devra être prévue pour une colonie adulte. En raison de la petite taille des ouvrières ainsi que de leur grand nombre, le système d'anti-évasion devra être performant

    Hivernage

    Tetramorium caespitum est une espèce à la très large répartition. Elle s'adapte différemment dans les zones aux hivers plus frais par rapport aux zones au climat plus doux. Elle est décrite comme exogène - hétérodynamique. La diapause sera induite par une modification des conditions extérieures sans rapport avec l'horloge interne de l'insecte. Pour les souches françaises, il conviendra donc de proposer une diapause de trois mois en faisant progressivement baisser la température pour atteindre entre 5 et 15°C. Cette opération est classiquement réalisée en élevage de fin novembre à fin février. Dans tous les cas, la durée et l'intensité de la diapause sont à adapter en fonction du lieu de provenance de la gyne.

    Nourriture

    Tetramorium caespitum est une espèce omnivore et vorace. Elle apprécie tout particulièrement les substances carnées : insectes, viande non salée, etc. Les liquides sucrés et protéinés seront aussi appréciés, en prenant soin d'éviter le risque de noyade pour cette petite espèce. L'espèce consomme également des graines de manière occasionnelle. Ayant une bonne croissance démographique, un nourrissage régulier sera nécessaire.

    Conditions de maintien

    L'espèce apprécie une température de maintien aux alentours de 25°C. Une température comprise entre 25 et 28°C sera l'idéal. Elle tolère cependant bien des températures légèrement plus fraiches (entre 20 et 25°C), et il n'est donc pas strictement nécessaire de les chauffer pour peu que la pièce de maintien oscille dans cette gamme de température. La température influencera le temps de développement du couvain. D’environ un mois pour une ouvrière à la température idéale. La nymphose est nue. L'humidité devra être moyenne, de 25 à 50% de la surface du nid.



    Généralités d'élevages : il s'agit d'une espèce facile. La fondation n'est pas particulièrement délicate, elle est peu regardante au niveau de la nourriture et tolère assez bien le stress. Dans sa catégorie, c'est une variante moins agressive et prolifique que Pheidole pallidula, et qui ne cherchera pas systématiquement à s'enfuir par tous les moyens. Même si l'espèce est de petite taille, elle est adaptée et recommandée aux débutants qui voudraient se lancer dans l'élevage de fourmis.
  • Vidéos et Photos de Tetramorium caespitum

  • Blogs sur Tetramorium caespitum

  • Livres faisant référence à Tetramorium caespitum

    Livres faisant référence à l'espèce Tetramorium caespitum (2)

    Autres livres faisant référence au genre Tetramorium (7)

    Titre Date Note eBook
    Fourmis de Wallonie
    (2003-2011)

    de Philippe Wegnez, David Ignace, Violaine Fichefet, Maximilien Hardy, Thierry Plume, Michaël Timmermann
    01/12/2012
    5
    Average: 5 (1 vote)
    Les fourmis
    de Marie-Sophie Germain
    23/04/2007
    2
    Average: 2 (1 vote)
    Ants of New Zealand
    de Warwick Don
    01/11/2007
    0
    Aucun vote pour le moment
    Les Fourmis (Hymenoptera Formicidae) d'Europe Occidentale et Septentrionale
    de Francis Bernard
    01/12/1968
    0
    Aucun vote pour le moment
    Urban ants of North America and Europe
    Identification, Biology, and Management

    de John H. Klotz, Laurel D. Hansen, Reiner Pospischil, Michael Rust
    11/09/2008
    0
    Aucun vote pour le moment

Commentaires

Portrait de dazmi94

Et dans l'ouest de la France il n'y en aurait pas ? Surpised
Portrait de Jarode

Il est écrit qu'elles y sont dans la fiche... 
Espèce présente en montagne, sur la côte ouest Atlantique, au centre de la France mais aussi sur la côte méditerranéenne ainsi que dans l'est de la France !
Ne serait-il pas plus simple de dire tout simplement qu'elles sont présentes dans toute la France sauf peut être dans le Nord-Est ?

Fiches