[Blog] Reproduction des conditions naturelles chez Lasius flavus

[Blog] Reproduction des conditions naturelles chez Lasius flavus

Message non lupar AntMan » Dim 16 Juil 2017 17:22

Bonjour,

Il y a deux ans, j'ai lu une discussion sur ce forum. Elle mettait en avant le fait que les grosses colonies de fourmis (par exemple, plus de 10 000 fourmis) sont presque inexistantes en captivité. L'hypothèse qui me paru la plus probable affirme que les conditions ne sont pas assez proches des conditions naturelles. La lumière est déjà un effet facilement observable. Une colonie dans un milieu sombre se développera mieux qu'en pleine lumière. j'ai donc décidé de tester cette hypothèse en transférant une de mes colonies dans un bac de terre.

Je n'avais pas prévu de faire un blog à ce propos mais je suis parti en vacances pendant deux semaines et j'ai eu une "belle surprise" en revenant. j'y reviendrai à la fin de ce post.


1) Mise en place de la structure

J'ai utilisé une boite à chaussure en plastique comme fourmilière.

J'y ai percé un petit trou au milieu dans le fond que j'ai bouché avec de l'ouate pour que le surplus d'eau soit évacuer. Le coté fonctionnel ne fonctionne pas comme prévu mais je l'ai tout de même laissé. De l'eau ne coule que si la terre est complètement trempée.

J'ai ensuite placé 3 boites de terreau et une boite de sable au congélateur pendant 3 jours pour s'assurer qu'il n'y ait pas d'acariens. J'ai ajouté du sable à la terre pour que les Lasius aient plus de facilité à creuser dedans.
[Blog] Reproduction des conditions naturelles chez Lasius flavus, Décongélation du substrat dans le nid "boite à chaussures"
Décongélation du substrat dans le nid "boite à chaussures"


2) Installation de la colonie

La colonie ne comptait que 20 à 30 ouvrières et 4 reines, le 24 septembre 2015, lorsque je l'ai installée dans la terre. J'ai déposé le tube dans la terre et la colonie disparu le soir même pour s'enfouir sous la terre. Depuis ce jour, il ne s'est rien passé d'extraordinaire mais j'ai bien remarqué que l'activité de la colonie a augmenté de manière exponentielle. J'ai prélevé une ouvrière afin d'identifier l'espèce avec une quasi-certitude. À l'aide de ma loupe binoculaire et du site cle.fourmis.free.fr, je suis arrivé à la conclusion que l'espèce est bien Lasius flavus.

Je la nourris avec toutes sortes d'insectes congelés. Je leur donne également un mélange gélifié de sucre, de miel, d'eau et d'agar-agar (environ 2 cuillères à soupe toutes les deux semaines). Je sais que je leur donne plus que ce qu'elles n'ont besoin.

Je n'enlève jamais la nourriture que je leur donne. Elles ont pris l'habitude d'enterrer tout ce que je leur donne dans les deux jours. Cela a eu pour conséquence le développement de petites mouchettes d'environ 2 millimètres de long. Je n'ai rien fait pour m'en débarrasser parce qu'elles ne m'embêtent pas. Elles restent cantonnées dans la boite et servent de source de protéine lorsqu'elles meurent.
De petites plantes semblables à de l'herbe poussent régulièrement à 2 ou 3 mais meurent rapidement lorsque l'hiver passe.

Pour ce qui est de l'humidification, j'utilise de l'eau de ville. Au début, j'utilisais de l'eau déminéralisée mais j'ai préféré l'économiser. J'espère juste que l'accumulation des minéraux dans la terre ne posera pas de problèmes.
En hiver, je leur donne environ 1/4 de litre chaque semaine. Et en été, environ 1/2 litres par semaine. S'il fait vraiment chaud, j'ajoute un peu d'eau pour contre=-balancer l'évaporation. Dans la mesure du possible, j'essaie d'imiter la météo.
Je verse l'eau toujours du coté gauche pour établir un gradient d'humidité même si je ne suis pas sûr que le gradient tienne en place plus d'une journée.

La fourmilière est placée devant une fenêtre orientée sud de manière à respecter le plus possible la photopériode. J'ajuste les tentures pour que le soleil ne couvre que la moitié de la boite. La pièce reste à une température qui ne varie pas trop vite, de 14 °C en hiver à 25 °C en été.
[Blog] Reproduction des conditions naturelles chez Lasius flavus, La colonie de Lasius flavus
La colonie de Lasius flavus


3) La "belle surprise" de juillet 2017

Je suis parti du 2 au 15 juillet 2017. J'ai donc du laissé la colonie tel quel pendant ce laps de temps. En revenant, j'ai été étonné de ce qu'elles ont accompli pendant mon absence. Elles ont construit plusieurs dômes de 5 à 10 centimètres de haut. Elles ont même surpassé mon anti-évasion (talcool) pour s'aventurer à l'extérieur. Malgré cet accès à l'extérieur, elles sont restées où elles sont. J'avoue que je redoutais cet événement. J'avais donc pris les devants et placer un film plastique par dessus la boite que j'ai fixé avec le couvercle. Cependant, il y a trois petits trous de chaque coté de la boite que j'avais omis. Une ou deux ouvrières se promenaient sur le film plastique (et pas en dessous) mais sans plus. Les reines ne pourraient pas sortir parce que ces trous sont trop petits.

J'ai plusieurs hypothèses expliquant ce comportement :
  • je leur ai donné deux ou trois morceaux de poulet cuit une semaine avant mon départ. Elles avaient déjà commencé à recouvrir ces morceaux. La "bosse" ainsi formée pourrait être l'initiateur du dôme.
  • J'ai fortement humidifier la terre avec un peu plus d'un litre d'eau avant mon départ pour ne pas qu'elle en manque. Les lasius jaunes étant très hydrophiles, elles se sont peut-être senties plus dans leur élément.
  • Pendant ces deux semaines, j'ai baissé le volet. Elles se sont donc retrouvées dans le noir complet.
  • Début juillet est la période la plus agitée pour ce qui est des essaimages des Lasius. Les colonies sur le point d'essaimer construisent un dôme pour s'y préparer.

Cette dernière hypothèse me parait la plus plausible. Les couloirs le long du dôme principal sont assez larges pour y faire passer des princesses. Cependant, je n'ai trouvé aucune larve ou cocon de sexué. Les tubes sont resté à travers les mois car elles les utilisent encore pour les cocons. Je suppose que cet endroit est plus sec et donc plus approprié pour les cocons. Cela me permet également d'avoir une idée de la taille du couvain, donc de la colonie. j'estime le couvain visible à 200 cocons et le nombre d'individus de 300 à 500. Il est possible qu'une ou plusieurs reines soient mortes car j'ai retrouvée des déchets de cadavre à la surface.

Voilà donc la raison de vie de ce blog. je ne pouvais pas ne pas partager ça.
[Blog] Reproduction des conditions naturelles chez Lasius flavus, Construction myrmécologique
Construction myrmécologique
[Blog] Reproduction des conditions naturelles chez Lasius flavus, Construction myrmécologique
Construction myrmécologique

[Blog] Reproduction des conditions naturelles chez Lasius flavus, Construction myrmécologique
Construction myrmécologique
[Blog] Reproduction des conditions naturelles chez Lasius flavus, Construction myrmécologique
Construction myrmécologique


Je vous laisse avec une vidéo. Je trouve que ça donne une meilleure vision 3D du dôme. Soyez indulgent parce que c'est la première fois que je fais une vidéo avec mon appareil photo macro. Et ne faites pas attention à la personne à coté de moi, c'est mon frère. :-P



J'espère que vous avez eu le courage de tout lire.

AntMan

[Q/R] http://www.myrmecofourmis.com/forum/viewtopic.php?f=53&t=24713
Avatar de l’utilisateur
AntMan


Retourner vers Blogs des espèces "françaises"


  • Sujets en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message





Forum