Fiche Messor barbarus & Messor minor

Fiche Messor barbarus & Messor minor

Message non lupar etii » Dim 4 Mai 2008 16:00

Messor barbarus by etii

Fiche Messor barbarus & Messor minor, messorbarbarus.jpg


Géographie:
Messor barbarus est la moissonneuse par excellence (d'où son nom latin) que l'on retrouve principalement chez les myrmécophiles amateurs, en raison de sa grande taille et de ses grands major (taille équivalente à celle de la gyne) à tête colorée.
Bien que présentes principalement sur le pourtour méditerranéen, certaines espèces du genre se trouvent à des latitudes plus nordiques (Centre de la France, Allemagne).

Caractéristiques:
Cette fourmi d'un noir luisant et à la pilosité plus ou moins développée (barbarus est plutôt glabre alors que structor est très velue surtout sur la tête) possède un long pétiole. C'est une espèce monogyne . Le genre Messor présente plus ou moins les mêmes caractéristiques, quelque soit l'espèce, avec une seule gyne par colonie sauf en ce qui concerne Messor structor.
Les ouvrières comportent trois castes (dont la taille varie de façon aléatoire) minor, media et major. Les major, sont aussi improprement appelés "soldats" car, par le biais de leur puissantes mandibules, il peuvent avoir un effet dissuasif ou meurtrier sur tout ennemi éventuel, mais leur rôle consiste aussi, et peut-être avant tout, à casser les coques des graines dont les Messor se nourrissent.
Si chez la plupart des fourmis la gyne se contente rapidement de ne faire que pondre dès que le nombre d'ouvrières est suffisant (une dizaine d'individus parfois), chez les reines Messor l'activité est continue et importante. D'où leur intérêt à l'observation: il est à gager que l'absence de trophalaxie chez les Messor pousse la gyne à fabriquer elle aussi le pain nourricier.
Pour ce qui est des températures, un peu de chaleur lors de la fondation peut stimuler la gyne (25° C) mais il est inutile de chauffer le nid ensuite et elles vivent très bien entre 20° et 22° C. A l'état sauvage, bien que plutôt méditerranéenne, Messor cherchera de la fraicheur et de l'humidité très profondément dans le sol. En milieu très aride le nid peut atteindre jusqu'à 5 m de profondeur.
Le succès des Messor en élevage tient à des conditions de maintien assez simple (c'est un genre robuste): une humidité faible et un régime alimentaire peu exigent constitué de graines (les mélanges pour canaris ou perruche que l'on trouve dans le commerce conviennent parfaitement mais ne sont pas forcément les plus faciles à utiliser).
La timidité est aussi une de leur caractéristique: les gynes sont très sensibles au moindre changement brutal (vibrations, amplitude thermique, lumière vive). Le stress peut provoquer une absence de ponte chez la gyne en cours de fondation, voir à terme sa mort. Les grandes colonies sont moins sensibles à ce genre de stress.
Point d'alpinistes, elles sont d'assez mauvaises grimpeuses (les vitres d'une ADC peuvent être un obstacle insurmontable si elles sont propres), mais leurs fortes mandibules peuvent creuser des matériaux comme le béton cellulaire, et a fortiori le plâtre des nids artificiels. Il convient donc d'être prudent sur le logis qu'on leur fournit, surtout quand la colonie devient imposante en nombre et cherche à accroitre la taille de son nid.
Comme tous les membres des Myrmicinae, la nymphose (transformation de la larve en nymphe) des Messor se fait sans cocon.

Nourriture:
Les Messor entretiennent des stocks de graines (dont parfois elles enlèvent le germe) dans leur nid (de véritables greniers), ce qui peut attirer des acariens auxquelles elles sont sensibles en captivité et peuvent également provoquer des désagréments; les graines des mélanges exotiques pour oiseaux germent avec l'humidité du nid. Pour éviter les levées de graines, il peut être utile de donner des graines indigènes à nos contrées (leur dormance est bonne et leur levée nécessite une longue exposition au froid): pissenlit ou violette par exemple, dont d'ailleurs elles raffolent. La liste pourrait être longue...
Elles apprécient un insecte de temps à autre mais la base de leur alimentation demeure les graines avec lesquelles elles fabriquent du "pain". En effet, sous l'effet de leur mastication et de leur salive, l'amidon des graines se transforme en sucre (sucre lent) dont elles se nourrissent à stricto senso. Si un abreuvoir d'eau peut être mis à leur disposition (attention aux noyades - la présence d'un coton ou de sable stérilisé préalablement peut éviter ce genre d'inconvénient), les liquides sucrés sont assimilables sans être leur source de nourriture de prédilection (absence de trophallaxie).
Essaimage: septembre/octobre.

Pour conclure, quelques noms d'espèces du genre Messor présents en France, hormis barbarus:
Messor bouvieri, Messor structor, Messor minor, Messor capitatus, Messor wasmani (en Corse seulement).

Pour compléter la fiche, un vieux reportage sur l'alimentation très spécifique des Messor:


Messor minor By Grey

Image

(Début de fondation de Kyomen)



Introduction :
Cette espèce est une espèce monogyne (une seule reine par colonie).
Les Messor minor sont présentes en France très localement, surtout en Corse (même s'il existe une souche dans les Alpes de Haute Provence très rare) mais ces fourmis sont originaires des Îles Canaries, où elles sont protégées et défendues d'export.
De taille moyenne pour une Messor, 3-9 mm pour les ouvrières, 8-11 mm pour la gyne, taille intermédiaire pour les mâles, elle est de taille assez petite par rapport à la moyenne des fourmis.
Les major ont un rôle dans le cycle de nourriture par rapport aux graines, et non par rapport à la défense du nid comme on le croit souvent. Les ouvrières les plus belliqueuses et les plus efficaces sont les submedia.
C'est une espèce bicolore : la tête et le thorax rouge, le pétiole et le gastre noir.
Si les conditions optimales sont trouvées, il y a un développement très rapide pour une Messor (700 ouvrières en 1 an pour un éleveur du forum). Des conditions moins favorables rapprocheront l'expansion de cette espèce de celle des autres Messor.

Essaimage:
Essaimage en octobre/novembre.

Fondation :
Messor minor est dite à fondation indépendante, la reine élève seule sa première génération d'ouvrières.
La reine fonde seule et sans aide de manière claustrale : elle n'a pas besoin de nourriture et doit rester dans un tube à essai fermé.
Comme pour toutes les Messor, 2 cas de figure, soit la gyne attend la diapause pour pondre (auquel cas 2 semaines après la capture il faudra la mettre en dormance) soit elle pond rapidement. Dans ce dernier cas vous pouvez sauter la première diapause, mais il faudra impérativement compenser par une l'année suivante.

Nourriture :
Les Messor minor sont principalement granivores (elles mangent des graines) et ne peuvent se nourrir que de ceci.
Elles apprécieront particulièrement certains compléments alimentaires comme de la viande (rouge ou blanche, insectes) et des laitages, de préférence en petits volumes (pour éviter les noyades) et de façon ponctuelle et non régulière, contrairement aux graines.

Le nid :
Le nid doit être blindé, car les Messor minor creusent les matériaux friables (ex: Le BC, le plâtre....) assez facilement. Un nid plexi convient parfaitement.
La profondeur des salles doit être comprise entre 6 et 10mm, ce qui est impératif pour que les ouvrières puissent passer une phase de salivation normale, indispensable à la création du pain de fourmis.

Température et hygrométrie de maintenance :
La température doit être comprise entre 25°C et 31°C, l'humidité de leur environnement entre environ 20 et 40% du nid. Les Messor minor ne peuvent pas se passer d'hygrométrie sans mourir.

Diapause :
Messor minor a besoin d'une diapause courte et douce, comme dans tous les milieux où elle vit.
Si on veut faire hiverner cette espèce, les températures de maintenance doivent être comprise entre 14°C et 18°C pendant 1 à 2 mois, de préférence de début décembre à début février.
Il semble qu'elle peut se passer de cette pause en captivité sur le court terme, personne n'a encore jamais étudié les effets d'un sautage d'hiver sur le long terme.

Comportements :
Les Messor minor ont un comportement maladroit et ont des difficultés à escalader des surfaces planes. Malgré cela, elles peuvent faire preuve de vitesse lorsqu'elles sont menacées ou dans un environnement inhospitalier.
Leur comportement est semblable à celui des autres Messor, si ce n'est que comme Messor arenarius elle produit un stridulement (semblable à celui d'un peigne si on le gratte, désolé pour la comparaison mais ça ne ressemble à rien d'autre :grin: ) lorsqu'elle est particulièrement en danger.
La nymphose se fait hors cocon, comme pour toutes les fourmis de la sous famille des Myrmicinées.
Espèce peu agressive sinon pacifique.

Cette fiche se conclut par le descriptif de la réaction chimique durant la préparation des graines. En effet, ce n'est pas la graine que mangent les fourmis mais le produit de sa dégradation lors de l'apport de salive, c'est à dire du sucre à l'état pur. Pour ceux qui veulent s'en inspirer pour les TPE :

La réaction de transformation des contenus de la graine en amidon s’appelle hydrolyse de l’amidon. L’amidon, polymère du glucose, doit être « découpé » par des enzymes pour donner plusieurs molécules simples de glucose. Ainsi, l’amylase (enzyme provenant des glandes pré-pharyngiennes, composée de formes dites Alpha ou Bêta) réagit avec l’amidon (C6H10O5)1050 pour donner du maltose (2 molécules de glucose unies par une liaison glycosidique formée de 2 groupes hydroxyles –OH par suppression de la molécule d’H2O [entre 2 monosaccharides, le maltose est donc un disaccharide], de formule C12H22O11) qui est lui même hydrolysé par la maltase (C12H22O11) afin de donner du glucose simple : C6H12O6.

Ce qui donne cette équation finale : (C6H10O5)1050 +H2O => (C6H12O6)(1050).

Re: Fiche Messor barbarus

Message non lupar Jarode » Lun 5 Mai 2008 01:08

etii a écrit: A 5m sous terre quelle influence ont les températures extérieures ?


Même si je pense que c'est une question rhétorique , effectivement je ne pense pas que la température extérieur change beaucoup celle qu'il y a à 5 mètre sous terre vu l'inertie thermique du sol mais qui nous dit qu'elles ne remontent pas de temps en temps pour "tâter" la température ?
La position du soleil peu jouer aussi un rôle dans la "détection " des saisons, la luminosité et d'autres choses comme peut être la pluviométrie ou encore l'absence de graines...

Pour la mise au froid, beaucoup d'espèces n'en ont pas besoin et je crois que comme pheidole pallidula messor barbarus est dans ce cas là mais pour en être sur il faudrait relire le document de brun sur les cycles saisonniers mais je n'en ai pas le courage. :-s

Il faudrait qu'on se décide pour un plan de fiches d'élevage.

En tout cas merci pour cette fiche etii *good* .

Re: Fiche Messor barbarus

Message non lupar caldric » Sam 17 Mai 2008 17:38

Bon alors j'ai fait quelques recherches sur l'étude dont tu parles comme tu ne m'as pas répondu et j'ai trouver un résumé:
article de Georges Tohmé intitulé "Le nid et le comportement de construction de la fourmiMessor ebeninus, Forel (Hymenoptera, Formicoïdea)" ! Je pense que tu parlais bien de cette étude, corrige moi si je me trompe ! ;-)

Donc voilà ce que j'ai pu remarqué par rapport à notre discussion :
Une sécheresse de cinq mois et la chaleur de l'été refoulent les fourmis vers les couches profondes du sol à la recherche d'un milieu humide et plus clèment.

Georges Tohmé parle bien de la recherche de milieu humide et clément (frais!?) mais ceci après "une sécheresse de cinq mois" et "une chaleur d'été", la température n'est pas précisé mais je vous laisse imaginer lors d'une sécheresse aussi longue ! Et il est bien précisé au début du résumé (et dans le titre de l'article) que l'étude est fixer sur les Messor ebeninus =>
Le nid desMessor [...] Celui deM. ebeninus...


Amis du Sud (de le France), observez-vous souvent des sécheresses de cinq mois ainsi que des nids de Messor ebeninus ?!
Excuse-moi d'insister etii mais je pense que cela confirme bien ce que je sous-entendais de mes messages précédents => Une étude sur les Messor ebeninus, bien que très intéressante, concerne-t-elle vraiment le sujet actuelle traitant de l'espèce Messor barbarus en France ? Surtout lorsque l'on regarde les différences entre le climat et paysage de la Messor barbarus en France et ceux des pays de Messor ebeninus, c'est à dire certainement le Liban (lieux de l'étude citée) et d'après ce que je sais l'Israël, en bref des pays au environ du Moyen Orient...

Surtout n'hésite pas à répondre à ce post, j'adore les débats ! :-)

Amicalement Caldric ;-)

Re: Fiche Messor barbarus

Message non lupar etii » Dim 18 Mai 2008 09:23

YoOoOoOoOoOoOoOooo !

Désolé mais je n'ai pas eu le temps de répondre avant.
Je te copie/colle l'intégralité du passage que tu cites:
"Le nid des Messor en général est formé d'un puits principal s'enfonçant très profondément dans le sol et duquel se détachent plusieurs chambres et galeries latérales. Celui de Messor ebeninus présente deux parties : l'étage supérieur, sec en été, est transformé en grenier; l'étage inférieur arrive à la limite de la nappe phréatique : c'est l'abri de la reine et du couvain. Des expériences montrent que la reine et les ouvrières creusent les parties humides du sol. L'importance du travail effectué dépend du volume de la société. Plus le nombre des ouvrières actives est élevé, plus le réseau des galeries s'étend et se développe.
La structure de la fourmilière, le volume des chambres et des greniers ainsi que leur emplacement par rapport au puits principal dépendent de la direction prise par l'eau qui s'infiltre ou s'accumule.
Une sècheresse de cinq mois et la chaleur de l'été refoulent les fourmis vers les couches profondes du sol à la recherche d'un milieu humide et plus clément."


C'est très clair pour un texte scientifique.
M'est avis que la seule différence entre messor ebeninus et les autres Messor sera la profondeur du nid: les 5 mètres sont un ordre de grandeur variable (donnent une idée) pour atteindre des parties humides donc plus fraiches pour la reine et le couvain, donc pour le développement de la colonie: la gyne et les larves/nymphes/œufs ne sortent pas et sont la clef du développement d'une colonie (partant du principe qu'en élevage, la problématique nourriture est solutionnée).Et en oubliant pas cette chère adaptabilité. Compliqué, n'est-il pas ? ;-)
Il est tout à fait intéressant de prendre une étude faite sur ebeninus pour appréhender le genre Messor (qui affectionne tout de même un climat sec et chaud avec des inconvénients récurants: le manque d'eau et des températures très élevées - il n'y a pas qu'au moyen orient où en plein cagna la chaleur soit insupportable et pas que pour les humains "soleil au zénith, il n'y a âme qui vive") tout en faisant le distinguo (et l'exercice n'est pas facile) entre ce qui relève du comportement généraliste du genre et les spécificités de l'espèce dues au milieu dans lequel elle vit.
Il est aussi très pertinent de parler du genre Messor quand on aborde Barbarus :-D
Pour réagir par rapport à cette étude: l'auteur parle de ce qui concerne ebeninus "celui d'ebeninus (le nid) présente deux parties" et là de nous expliquer que le grenier est dans les parties sèches et le couvain dans la partie humide. On ne lui fera pas un procès d'intention, cela ne concerne vraisemblablement pas qu'ebeninus *oups* les Messor auraient-elles donc des points communs ? Non ? Pas possible ?? ;-)
Caldric: ne confond pas débat et polémique ;-) Si tu as une étude (une vraie) sur Messor barbarus, ne te prive pas de nous en faire part.
Jarode: je ne suis contre rien :-D, tout est dans l'usage. Je chauffe ma Crematogaster, ma Camponotus substitutus et ma Messor ebeninus :-D
Puis après, je ne sais plus, je suis à la traine sur la lecture du forum :-s

Coeurdi@ - Thierry :-)

Re: Fiche Messor barbarus

Message non lupar Jarode » Ven 27 Fév 2009 17:51

Il manque la profondeur des galeries que doit avoir le nid.
une humidité faible

C'est trop subjectif je trouve.

Re: Fiche Messor minor

Message non lupar Jarode » Sam 28 Fév 2009 18:23

Pour un développement optimal je dirais 28°C non ?

Re: Fiche Messor barbarus

Message non lupar messor2009 » Dim 26 Avr 2009 22:39

Concernant l'alimentation des Messor barbarus, pour varier de temps en temps sans trop se prendre la tête, elles aiment le blanc de poulet cuit.

Ok on a encore jamais vu dans la nature des Messor s'attaquer à une poule et pourtant, Dieu sait pourquoi, elles en raffolent :think: .

Et pour ceux qui ne voient pas dans les fast food l'incarnation du diable :-o nos petites protégées sont complètement dingues des Chicken McNuggets de Mc Do (sans la croûte) *good* !

Re: Fiche Messor barbarus

Message non lupar McKay » Dim 10 Mai 2009 16:37

Euh quelqu'un aurait une idée de la taille des galeries pour cette espèce siouplait? :-) (vais pas tarder à creuser mon BC en fait c'est pour ça ^^).

Et de la zone du nid à humidifier aussi au passage ?

Re: Fiche Messor barbarus

Message non lupar etii » Dim 10 Mai 2009 17:45

1 cm me semble bien; il n'y a pas que la gyne à être de grande taille, il y a aussi les major :-)

Re: Fiche Messor barbarus

Message non lupar buldo » Dim 10 Mai 2009 19:43

Pour moi,1 cm au moins, elles dégustent leur pain tête en bas. Pour les greniers, rien n'empêche d'atteindre les 2cm.
Pour les fiches d'élevage, pourquoi ne pas informer d'une date approximative d'essaimage ?

Suivante


Retourner vers Fiches d'Élevage


  • Sujets en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message





Forum