Plus problématique que les espèces "exotiques" : les Crematogaster scutellaris

Plus problématique que les espèces "exotiques" : les Crematogaster scutellaris

Message non lupar DMX » Dim 2 Mar 2014 14:14

Depuis quelques jours j'essaye de compléter au mieux la fiche d'élevage des Crematogaster scutellaris, et je suis donc amené à découvrir ou re-découvrir un certains nombre d'informations à leur sujet. A l'issu de ces recherches, j'en suis arrivé à la conclusion que les Crematogaster scutellaris présentaient un risque écologique pour le Nord de l'Europe bien plus important que la grande majorité des espèces "exotiques" proposées à la vente.

1) Les Crematogaster scutellaris sont très communes dans les élevages, elles sont même conseillées aux débutants. Il se vend donc bien plus de Crematogaster scutellaris (on peut trouver à partir de 10€) que n'importe quelle autre espèce "exotique". De plus aucune prévention n'est faite sur les fourmis dites "endémiques" (mais qui au sens biologique n'ont rien d'endémique).

2) Dans son habitat typique (les forêts de pins et de chênes lièges), cette espèce est dominante dans les arbres et co-dominante au sol avec Pheidole pallidula. C'est donc une espèce territoriale très agressive, qui plus est efficace dans le combat : lorsqu'elles se sentent en danger, elles adoptent une posture particulière en relevant leur gastre au-dessus de leur tête et en sortant leur aiguillon avec une goutte de venin à l'extrémité. Cet aiguillon présente la particularité d'avoir un bout aplati, de ce fait elles ne peuvent pas piquer par contre elles s'en servent pour déposer des gouttes de venin à la surface de la cuticule de leur ennemie. Ce venin contient de l'acide acétique qui alerte les congénères et des aldéhydes qui traversent la cuticule et l'empoisonnent l'ennemie. Cette efficacité dans le combat et cette dominance dans son habitat fait qu'elles sont sujettes à du mimétisme batésien par les Camponotus lateralis.

3) C'est une espèce lignicole : dans la nature elles logent dans les arbres vivantes (cavités naturelles, entre les écorces, dans le liège etc ...), mais également dans des morceaux de bois morts au sol (grosses souches, tronc abattu, branches mortes etc ...) ou dans des nids en "carton" qu'elle fabriquent elles-mêmes avec des résidus de bois mâchés et agglomérés entre eux grâce à un mucus produit par leurs glandes céphaliques. Chez le chêne liège (Quercus suber) il a été observé que les nids de Crematogaster scutellaris étaient creusés dans le liège sur une épaisseur de 3 ou 4 cm et 1,5 à 2,5 mètres de hauteur (cette espèce est considérée comme nuisible à l'économie du liège). De plus on peut également les trouver dans les habitations (toitures des bâtiments, matériaux d'isolation à base de polystyrène etc ...); elles ont ainsi déjà fait l'objet de nombreuses plaintes dans le sud de la France.

4) Les Crematogaster scutellaris sont présentes dans tout le sud de l'Europe : sud de la France au niveau du pourtour méditerranéen, Espagne, Italie et Croatie. Elles sont néanmoins régulièrement introduites accidentellement dans le Centre et le Nord de l'Europe. Elles ont ainsi été recensées dans des infrastructures humaines (habitations, serres etc.) au Pays-Bas, en Allemagne et en Belgique, où elles sont régulièrement importées depuis le sud de l'Europe via les caravanes associées au tourisme et l’industrie du bois (importation de souche).

5) En raison de sa répartition initiale, on supposait qu'elles ne pouvaient pas s'adapter aux conditions climatiques extérieures du Nord de l'Europe. Or il a été observé en Allemagne et aux Pays-Bas des colonies survivre plusieurs années à l'extérieur (résistants ainsi aux hivers rigoureux de ces régions) cachées dans l'écorce des troncs importés ou dans le toit des habitation. De plus il y a été observé aux Pays-Bas des essaimages de cette espèce.

6) Les Crematogaster scutellaris sont des spécialistes de l'évasion, elles essayeront de s’échapper à la moindre occasion. Il faut les maintenir dans un nid "blindé", avoir une une ADF avec si possible un plafond périphérique recouvert d'un anti-évasion efficace, et faire attention aux problèmes de surpopulation. Elles ont également la possibilité de creuser les tuyaux de liaison !

Toutes les références utilisées sont dans la fiche d'élevage : http://www.myrmecofourmis.com/fiches/21
Avatar de l’utilisateur
DMX

Re: Plus problématique que les espèces "exotiques" : les Crematogaster scutellaris

Message non lupar raphael35 » Dim 2 Mar 2014 17:58

Oui mais monogynes et ne se diffusant pas par bouturage, ça limite quand même le danger et la rapidité de propagation.
De plus, si il devait y avoir danger, le nombre de camions qui relient le nord et le sud de notre pays transportant du bois et donc des reines, et des colonies éventuelles, depuis des dizaines d'années, les problèmes seraient arrivés depuis bien longtemps. Certes il est possible que quelques colonies réussissent à diffuser mais ça reste modeste au vu du potentiel.
Cependant, je suis d'accord, quelque soit les fourmis d'ailleurs, faire attention aux évasions est fondamental.
Et je suis d'accord aussi que cette espèce a un don pour l'évasion et la découpe du plexi, des joints de silicone ou des bouchons en liège ou en mousse.
Avatar de l’utilisateur
raphael35

Re: Plus problématique que les espèces "exotiques" : les Crematogaster scutellaris

Message non lupar guigui-fourmis » Dim 2 Mar 2014 18:56

Gros +1 DMX ! J'ai toujours été "gêné" par le fait que l'on arrête pas de nous prévenir sans arrêt pour les exotique mais jamais pour les "endémiques". :think:
Avatar de l’utilisateur
guigui-fourmis

Re: Plus problématique que les espèces "exotiques" : les Crematogaster scutellaris

Message non lupar Alkinne » Dim 2 Mar 2014 19:00

Comme l'a dit DMX ce n'est pas vraiment de l'endémique mais de l'indigène ;). Et puis comme l'a dit Jaque Tassin dans son interview partagée par Raphael, au fil du temps les exotiques deviennent indigènes.
Avatar de l’utilisateur
Alkinne

Re: Plus problématique que les espèces "exotiques" : les Crematogaster scutellaris

Message non lupar Will » Dim 2 Mar 2014 19:20

La problématique est la même avec Camponotus vagus, au passage.

La caractéristique la plus importante pour qu'une espèce de fourmi soit vraiment invasive et peste reste l'unicolonialité. Secondairement la polygynie, le mode de dispersement des populations et l'acclimatation au biotope/climat d’accueil. Le trait invasif est la résultante de ces facteurs (non exhaustifs, le problématique étant complexe), sans qu'aucune de ceux cités pris séparément soient suffisants.

A ce titre ni Crematogaster scutellaris, ni Camponotus vagus, n'ont le potentiel de conquérir le Nord quand bien même elles arrivent ou arriveraient à y survivre de manière balbutiante (le risque zero n'existe jamais, on ne parle que de probabilité).

Mais ça met le doigt sur une hypocrisie qui me fait rire depuis longtemps : amène une Pheidolle pallidula dans le nord et le monde complimentera ton blog. Amène une espèce de Solenopsis tropicale et monogyne, ce sera lynchage sur la place publique.
Avatar de l’utilisateur
Will

Re: Plus problématique que les espèces "exotiques" : les Crematogaster scutellaris

Message non lupar Alkinne » Dim 2 Mar 2014 19:34

Je ne pense pas du tout que les Camponotus vagus soit au niveau des Crematogaster. Suffit de voir le temps de développement dans les élevages !
Avatar de l’utilisateur
Alkinne

Re: Plus problématique que les espèces "exotiques" : les Crematogaster scutellaris

Message non lupar Latior » Dim 2 Mar 2014 19:35

+1 Raphael et Will !
Si il devait y avoir eu des problèmes, ce serait déjà fait depuis longtemps. ;-)
Will a raison, dès qu'un membre élevé des Solenopsis monogyne, il se fait immédiatement traiter de tous les noms. :mrgreen:
Il est normal que la localisation des espèces évolue non ? ;-) Alors laissons faire la nature ! \o/
Avatar de l’utilisateur
Latior

Re: Plus problématique que les espèces "exotiques" : les Crematogaster scutellaris

Message non lupar Will » Dim 2 Mar 2014 19:42

Alkinne a écrit:Je ne pense pas du tout que les Camponotus vagus soit au niveau des Crematogaster. Suffit de voir le temps de développement dans les élevages !


Le temps de développement est un facteur, c'est vrai, parmi d'autre. Mais c'etait à titre comparatif d'espèces sudistes et lignicoles qui survivent dans le nord. On a jamais vu à ma connaissance de Camponotus réellement invasives.

Latior a écrit:Il est normal que la localisation des espèces évolue non ? ;-) Alors laissons faire la nature ! \o/


Heu, non. DMX appuierait peut-être (et encore :moui: ), mais pas la peine de provoquer plus de catastrophes écologiques à mon sens. Quant à savoir si c'est une bonne chose que l'humain soit un moteur majeur et récent de l’évolution, je laisse cette question aux philosophes. Mais je doute qu'on puisse l'inclure comme une cause naturelle, quoi que, ce serait aussi sujet à débat. Et je ne m'aventurerais pas dans cette pente glissante.
Avatar de l’utilisateur
Will

Re: Plus problématique que les espèces "exotiques" : les Crematogaster scutellaris

Message non lupar Libertango » Dim 2 Mar 2014 19:45

Bien évidemment en totale adéquation avec Will. Pas la peine d'encourager l'élevage d'invasives, elles viendront bien assez tôt "pourrir" les territoires de nos colonies endémiques.
Avatar de l’utilisateur
Libertango

Message non lupar C-R » Dim 2 Mar 2014 19:48

Camponotus vagus n'est pas une espèce sudiste, son aire de répartition est très large. ;)

Pour Crematogaster scutellaris, je doute qu'elle puisse devenir invasive dans le nord, par contre elle pourrait s'y implanter durablement oui.
Avatar de l’utilisateur
C-R

Suivante


Retourner vers Informations sur la Biologie / Écologie des Fourmis


  • Sujets en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message





Forum