Le déterminisme sexuel chez les hyménoptères

Re: Le déterminisme sexuel chez les hyménoptères

Message non lupar Will » Jeu 11 Déc 2014 22:57

Histoire de ne pas devoir répéter de la biologie cellulaire barbante, j'ai l'honneur de pouvoir m'autoquoter. :-p
voili voilou pour le détail :

viewtopic.php?t=19570

La grande différence se situe au niveau de l'épigénétique. Car si en effet, un keratinocyte, neurone ou hépatocyte partagent le même génome, ce ne sont pas toujours les mêmes gènes qui sont activés et exprimés dans ces différents types cellulaires. Une sélection s'opère durant l'embryogenèse, et le matériel génétique non nécessaire au type cellulaire donné se voit relayé dans l'hétérochromatine, zone d'ADN très condensée ou les gènes ne sont plus accessibles.

Le système n'est pas encore parfaitement compris car assez complexe, mais la régulation des gènes devant être exprimé ou éteint se fait via d'une part, la méthylation de l'ADN (signal d'extinction) et le code histone (acetylation/deacetylation, signal d'activation). Ce qui aboutit à un organisme dont les cellules somatiques sont phénotypiquement très différentes, mais paradoxalement avec le même génome.

De manière assez intéressante, le même genre de processus s'opère chez les hyménoptères pour le déterminisme de la caste (ouvrière/reine, prouvé chez les abeilles). Une régulation épigénétique sur base hormonale va influencer deux phénotypes différents sur deux organismes ayant le même génome.


Je peux te conseiller un peu de lecture pour approfondir le sujet :

Royalactin induces queen differentiationin honeybees
Masaki Kamakura, Nature


Ancestral Developmental Potential Facilitates Parallel Evolution in Ants
Rajendhran Rajakumar, et al., sciences


Le développement en reine est dû à une protéine spécifique de la gelée royale jouant le rôle d'hormone peptidique vie la recepteur à l'Egfr. Des mécanismes semblables existent chez les fourmis. Bien qu'on ne puisse pas encore faire de transposition pures et simples, la Juvenile Hormones (JH) a également un rôle clé.

RNA interference knockdown of DNA methyltransferase 3 affects gene alternative splicing in the honey bee
Hongmei Li-Byarlaya, PNAS


Un knockdown de la méthyltransferase 3 (méthylation de l'ADN) a un impact clair sur le pathway développemental entre ouvrières/reines relayé par l’épissage alternatif.
Avatar de l’utilisateur
Will

Page Précédente


Retourner vers Informations sur la Biologie / Écologie des Fourmis


  • Sujets en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message





Forum