La trilogie : Pheidole pallidula, Camponotus ligniperdus, Lasius sp jaune

La trilogie : Pheidole pallidula, Camponotus ligniperdus, Lasius sp jaune

Message non lupar Dcibel57 » Dim 2 Juil 2017 13:41

2 Juillet 2017


Bonjour à toutes et à tous et surtout bienvenue sur mon blog destiné à la présentation et au suivi de mes petites protégées.

Celui-ci se voudra simple, récapitulatif, et parsemé de petites photos pour illustrer mes propos. D'avance, excusez-moi de la qualité qui peut parfois ne pas être au RDV.

A présent que ces petites précisions sont faites, je vous propose que nous rentrions directement dans le vif du sujet pour nous intéresser à une fourmi qu'affectionne bons nombres de myrmécophiles : nos chères Pheidole pallidula !

°Pheidole pallidula°


Pour la petite histoire, étant du Nord Est de la France j'ai dû me procurer une fondation d'une petite trentaine d'ouvrières via un passionné l'année dernière. Elles sont donc arrivées chez moi début octobre 2016 il me semble et n'ont pas été mises en diapause.

Image


Leur comportement m'a tout de suite accroché, voir scotché. Leur facilité à recruter vite, en nombre, et à monopoliser un point de ravitaillement est juste splendide ! Quand à leur hargne... La vache XD ! Seule, en meute, face à un doigt ou même un morceau de coton : rien ne leur fait peur !

Un autre point qui va ravir bon nombre de débutants : la croissance. Je dois avouer que j'ai un peu chauffé en début d'année la colonie pour "lancer" tout ce petit monde. Sans abuser et rechercher le boom démographique. Il en ressort que je dois être aujourd'hui aux alentours de 400 ouvrières, peut être 500 (j'avoue ne pas avoir essayé de compter mais plutôt d'utiliser la louche plutôt que le clip clip à chaque passage lol...) ? et le couvain est juste magnifique.

Image


Si certains se posent la question des évasions, sachez que je n'ai pas à déplorer d'ouvrières hors du nid depuis qu'elles sont chez moi. Pour l'aire de chasse : une boite en plastique percée et reliée au nid par un tube de 6mm de diamètre interne. Anti-évasion : du talc de Venise appliqué pur au pinceau. J'ai renouvelé le talc la semaine dernière ce qui me fait un entretien de la "clôture" tous les 2 mois pour l'instant.

Le nid est de fabrication maison, entièrement. Pour ce qui est de l'humidification : un simple tube dans l'aire de chasse leur permet d'être totalement à l'aise (en place depuis 1 mois en vu de la vente de la colonie qui me demande énormément de temps. Pas de déménagement en vue à ce jour).

Car oui, je dois faire le constat sur cette espèce : très intéressante, facile à maintenir en captivité mais l'entretien reste compliqué. Impossible de passer 3 mn par soir à ramasser cadavres et saletés : elles ne vous laisseront pas faire haha ! Du coup elles me demandent beaucoup de temps et plutôt que de négliger la colonie je préfère m'en séparer pour quelqu'un qui aura le temps et la patience de se battre avec une armée de petites guerrières prêtes à tout pour défendre leur lopin de terre :-P !

Pour en revenir à l'humidification, à la base je me servais de la semelle en mousse de fleuriste que j'ai installée au centre du nid, mais au niveau du couvain je dois dire que ça a véritablement décollé depuis l'arrêt via ce système d'humidification. En même temps, elles viennent d'un coin situé à la frontière Franco-espagnole si mes souvenirs sont bons, ce qui peut expliquer qu'elles se sentent mieux ainsi.

Après avoir parlé de ce "petit" monde, pour la suite je vous propose de nous intéresser à plus "grand", mais tout aussi intéressant au niveau du comportement : Camponotus ligniperdus.

°Camponotus ligniperdus°


La fondation m'est encore une fois parvenue via un contact qui lui aura eu la chance de trouver pareille merveille sur le sol, car en une dizaine d'années je dois avouer ne pas en avoir beaucoup observé en milieu naturel et pour ce qui est d'avoir eu la chance d'observer une gyne par terre hé bien... Nada (à mon grand regret car le plaisir de partir de la gyne seule, de passer "ensemble" ce moment délicat de la fondation, reste une grande satisfaction!).

Image


Depuis début avril avec moi, elles sont passées de 7, gyne incluse, à une trentaine d'ouvrières et un tube qui commence à se faire petit pour elles. Le nid est donc en projet et rapidement en fabrication une fois que mon entrée (de mon nid à moi lol) sera refaite (Peinture & Co).

Je dois constater qu'elles sont très très sages. Et très très calmes comparées à d'autres espèces au sein de leur nid. Pas de précipitation, elles bougent très peu et même si elles sont dérangées (par exemple lorsque je suis maladroit et que je cogne le meuble où elles sont) elle ne s'affolent pas et cherchent juste à former une boule compacte autour de la gyne et du couvain traaaaanquil.

Dans l'aire de chasse c'est une autre chose. Elles sont rapides, n'hésitent pas à montrer "les cros" et arrivées sur un grillon coupé en deux, ramènent leur popotin sur la cible pour anéantir toute forme de résistance. Elles affectionnent aussi leur tour Eiffel qui leur fait les pattes et leur permet de se poster de temps à autre au sommet "du monde". Les liquides sucrés sont appréciés mais contrairement à ce que j'ai pu lire cà et là, je ne les trouve pas exclusivement tournées vers ce type de nourriture.

Voilà en gros ce que je peux dire sur ma fondation, car je cherche vraiment à les laisser le plus au calme possible, gage de réussite à mon sens avec cette espèce.

Image


Pour finir, la plus gentille de nos fourmis, rentrez dans le fabuleux monde de mes Lasius sp, si gentilles, si attachantes et tellement pas chiantes que c'en est même mes préférées. Et oui, la simplicité à la rareté reste parfois le top du top *love* ...

°Lasius sp°


Tout à commencé l'année dernière dans mon jardin courant de l'été avec une gyne qui se pose sur moi. À ce moment, chez moi, plus aucune fourmi. A cause d'un projet personnel j'avais totalement arrêté sans pour autant me désintéresser de notre passion.

Pourtant ailée, et sans grande conviction, je décide quand même de la mettre dans un tube, en me disant que ça pourrait être sympa de montrer aux enfants comment ça se passe au tout début de la vie d'une colonie. Elle finira par enlever rapidement ses ailes et pondre pour arriver aujourd'hui à un centaine d'individus et un couvain qui tient la route.

Image


À mon sens ce genre est le plus sympathique puisqu'il possède une croissance raisonnable, un comportement intéressant et une adaptabilité à tout type de terrain, et donc de nid. En plus de la taille qui reste "standard", ce qui rend les "miennes" attractives est tout simplement leur couleur. J'ai élevé jusqu'à maintenant de la Lasius sp noire ainsi que L. emarginatus et je dois dire que cette couleur or clair à or foncé est un petit plus que les autres n'ont pas.

Au niveau du comportement rien de bien particulier à dire, ça reste de la Lasius sp qui affectionne les liquides sucrés mais qui sera quand même à la recherche de protéines en fonction des besoins du couvain. Peut-être une petite différence au niveau du recrutement, il me semble plus important chez elles que chez les autres Lasius sp que j'ai pu avoir. Après il ne s'agit là que du comportement de cette colonie, et sans observations autres je ne peux en déduire une généralité, tout au mieux un trait de caractère propre à la petite famille.

Voilà pour aujourd'hui ce que je peux vous raconter et c'est sur ces quelques lignes que je vous laisse tout en espérant que vous avez apprécié me lire.

=>Q/R

A bientôt dans la partie Q/R ;-) !
Avatar de l’utilisateur
Dcibel57

Re: La trilogie : Pheidole pallidula, Camponotus ligniperdus, Lasius sp jaune

Message non lupar Dcibel57 » Lun 14 Aoû 2017 19:33

14 août 2017


Bonjour à toutes et à tous. Nous nous retrouvons ici pour une petite M.A.J, 1 mois et demi plus tard.

Ne nous attardons pas et parlons directement de mes petites Pheidole pallidula...

°Pheidole pallidula°


Ça y est, la colonie est enfin partie chez un chouette éleveur. Nous avons discuté, encore et encore par mail avant d'effectuer le changement de "propriétaire" et je dois dire que je suis tombé sur quelqu'un de bien qui aura tout le temps de s'en occuper comme il se doit.

Jusqu'à la fin, elles m'auront épaté et je garde quand même un petit souvenir d'elles puisqu'une bonne centaine d'ouvrières (celles qui étaient dans l'ADC au moment de préparer l'envoi) sont encore chez moi. Elles sont dans une simple boite avec sol en plâtre en attendant de leur fabriquer quelque chose de creusable. Oui, tant qu'à faire autant leur offrir une maison de retraite bien méritée et pour moi l'occasion d'observer de belles choses. Le projet est en cours de fabrication, vous en saurez plus à la prochaine M.A.J ;-) !

Image




Peut être un peu trop "molles" à mon gout, je me suis décidé à mettre la fondation en nid pour aujourd'hui assécher le nid pour le remettre en tube en vue d'un envoi pour un éventuel repreneur. Et puis la maîtresse de maison n'était pas forcément à l'aise avec la taille des individus qui reste pourtant un de leur atout majeur ! De belles physogastries à observer dans le nid avec de belles trophallaxies entre ouvrières et des comportements très sympas, voire nerveux dans l'ADC. C'est le top lorsque j'y pense. Mais bon, il faut savoir faire quelques sacrifices pour sa moitié et aujourd'hui elles sont également en attente de trouver un repreneur consciencieux :-) .

Evidemment j'ai négocié de reprendre une autre espèce, plus petite pour que tout le monde y trouve son bonheur.

Aujourd'hui la petite famille compte un peu plus de 40 individus et je dois dire que le couvain doit être de la même taille. Le premier major de la colonie est venu au monde il y a déjà deux bonnes semaines et ce sera surement le début d'une longue série puisque la gyne m'a l'air d'être une bonne pondeuse hahaaa. :slap:

Image


En tout cas je constate, du moins pour ma colonie, qu'elles affectionnent particulièrement le milieu humide puisqu'elles sont en permanence juste au dessus de la mèche en BC. J'aurais eu tendance à penser qu'elles auraient été mi figue mi raisin comme on dit, mais non.

°Lasius sp°


La colonie se porte très bien puisque comme vous pouvez le voir, il y a plusieurs centaines de cocons.

Image


Les larves de tous stades sont disposées un peu n'importe comment mais je peux dire avec certitude que la relève est assurée.

Image


Et je ne parle pas du petit baby boom qui m'attend juste avant le ralentissement naturel de la croissance avant la mise au frais :-) .

Image


Pas de photo de l'ADC mais je dois dire que les observations sont toujours aussi intéressantes avec cette espèce que certains qualifieront de "banale". Le recrutement m'émerveille toujours. Très peu de monde dans l'ADC en continu mais si une source de nourriture se présente, en peu de temps plusieurs dizaines d'ouvrières sont là et prêtent main forte.

En attendant de vous retrouver sur mon blog, je vous invite à me donner vos impressions, conseils, critiques sur la partie Question/Réponse de mon blog.

*merci*

=>Q/R

A bientôt ;-) !
Avatar de l’utilisateur
Dcibel57



Retourner vers Blogs des espèces "françaises"


  • Sujets en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message





Forum