Risques concernant l'élevage ou le déplacement d'espèces exotiques ou invasives

Re: Risques concernant l'élevage ou le déplacement d'espèces exotiques ou invasives

Message non lupar Alex » Lun 16 Aoû 2010 09:00

En fait je ne crains pas tant une transmission à l'homme (bien qu'après les folies bovines, la fièvre du mouton, les maladies de la basse-cours, la grippe cochonne... une bonne "diarrhée formique" serait une aubaine pour nos médias !). Ce qui m'effraie est plus une transmission insecte => insecte, qui n'inclut pas forcément de mutation. Et peut se montrer désastreuse, comme nous l'a appris Varroa destructor.

Je parle là de pathogènes tels que bactéries, protozoaires, acariens, éventuellement fungus et virus (bien que ces deux derniers me semble relativement peu plausibles). Ces micro-organismes pouvant être parasites (bien supportés par l'espèce-hôte, mortel pour une espèce non-adapté), ou commensaux (comme E.coli pour l'homme). Pour la petite histoire, il a été démontré que les différents groupes éthniques humains étaient adaptés spécifiquements à certaines souches de bactériennes commensales.

Bref, pour ceux que je n'aurais pas réussi à convaincre au sujet de l'exotisme (et je sais qu'il y en a :grin:), et comme le dit DMX un peu plus haut : il est nécessaire de ne pas jeter les déchets à la poubelle !!

Et pour citer etii : surveillez vos anti-évasions *suspect*

Les restes (matériel biologique, mais aussi sable, nourriture non-utilisée, tubes...) peuvent être décontaminés par :
- Incinération (cheminée)
- Congélation (là je ne vous apprends rien, puisque je dois cette méthode à Myrmecofourmis)
- Pour les perfectionnistes: Autoclave (dans une cocotte-minute, et dans un container ouvert, 20 minutes après le début du sifflement).

On peut ensuite s'en débarrasser par les voies habituelles, où ils pourront interagir sans risques avec toutes les fourmis, blattes et autres diptères qui squatteront vos déchets après vous (la vie d'un déchet étant remplie de péripéties après avoir quitté le domicile familial).

Enfin, il est important tout bêtement de se laver les mains après avoir joué avec ses fourmis exotiques (Savon ou solution hydro-alcoolique).
Avatar de l’utilisateur
Alex

Re: Risques concernant l'élevage ou le déplacement d'espèces exotiques ou invasives

Message non lupar etii » Lun 16 Aoû 2010 10:27

Alex a écrit: Ce qui m'effraie est plus une transmission insecte => insecte, qui n'inclut pas forcément de mutation. Et peut se montrer désastreuse, comme nous l'a appris Varroa destructor.

Si l'on reste strictement sur les fourmis, il n'y a pas de pathogènes connus :-) .
Avatar de l’utilisateur
etii

Re: Risques concernant l'élevage ou le déplacement d'espèces exotiques ou invasives

Message non lupar Alex » Mar 17 Aoû 2010 00:41

"connus" : -) la recherche s'est-elle réellement penchée sur les problèmes de santé de nos amis à six pattes ? Si oui, motivée par quels enjeux économiques ?
Avatar de l’utilisateur
Alex

Re: Risques concernant l'élevage ou le déplacement d'espèces exotiques ou invasives

Message non lupar etii » Mar 17 Aoû 2010 10:04

Je suis taquin parfois dans mes réponses XD !!! (je teste :-D )

Je te renvoie toujours au même ouvrage : Fire Ants de Stephen Welton Taber (le sujet t'intéresse alors il faut absolument que tu le lises). The Red Imported Fire Ants, ou Solenopsis invicta a été étudiée en long, en large et en travers (en laboratoire et in natura). Les sommes investies pour éradiquer cette espèce aux USA ont été conséquentes. Il existe effectivement des parasites: bactérie ou champignon mais même ces fourmis savent s'en prémunir, elles ne sont pas sans défense ! :-)

Dans le cas ou un parasite d'une espèce importée contaminerait une espèce endémiques (rien de tel avec Solenopsis invicta - on peut difficilement prendre meilleur exemple), il est à parier qu'il se passerait exactement la même chose qu'en cas d'épidémie chez n'importe quelle espèce animale, sélection naturelle oblige, seuls les individus résistants (il y en a toujours, c'est pour cela que le vivant a créé la reproduction sexuée, afin de créer de la diversité génétique, il n'y a pas meilleure arme) survivraient... Ceci dit, toutes les espèces de fourmis savent se défendre contre les bactéries ou les champignons et ce, bien avant l'homme !! :-)
Avatar de l’utilisateur
etii

Re: Risques concernant l'élevage ou le déplacement d'espèces exotiques ou invasives

Message non lupar Jarode » Mer 18 Aoû 2010 16:52

Encore faut -il qu'il y ait une population assez importante avec une diversité génétique aussi assez importante pour que de la reproduction sexuée puisse naitre une adaptation évolutive les enlevant du joue du parasite.
Un tel parasite pourrait donner le coup de grâce à certaines espèces menacées d'extinction de façon critique.
Avatar de l’utilisateur
Jarode

Re: Risques concernant l'élevage ou le déplacement d'espèces exotiques ou invasives

Message non lupar DMX » Sam 21 Aoû 2010 02:35

DMX, « exotique » est relatif à une région et « endémique » est absolu. C'est vrai que ça peut se flouter un peu si on commence à se demander si l'œuf ou la poule... Mais bon, quand on parle du vivant, c'est souvent dur de poser des définitions strictes et sans exceptions :-p

La biologie est le règne des exceptions ^^.


Pour P.pallidula je reconnais que tu connais sûrement mieux que moi le domaine. Cela dit, il est plus probable qu'une telle « adaptation soudaine » survienne in situ qu'in vitro, de par les parts respectives de population dans les deux situations. Donc ça n'est plus vraiment de notre ressort.

Lol non non, je doute mieux m'y connaître, et je te rejoins sur les conditions de "l'adaptation soudaine". Néanmoins, faire parcourir des centaines de kilomètres en quelque heures à ces colonies relève un peu de notre ressort. Si on fait l'hypothèse que "l'adaptation soudaine" aux hautes latitudes se fait in situ dans le sud, elle mettra plusieurs décennies (pour ne pas dire des siècles) avant d'arriver "naturellement" dans le Nord, tandis que le trafic actuel de cette espèce accélère grandement ce processus (quelque jours).
De même comme tu le dis par la suite, l'adaptation aux milieux anthropisés est plus probable que le gain de nouvelles aptitudes. Dans ce cas Pheidole pallidula peut très bien se développer dans les milieux anthropisés du nord comme Monomorium pharaonis ou Tetramorium caespitum.
Au final le commerce de Pheidole pallidula étant nettement supérieur que celui de toutes exo réunies, et cette espèce étant considérée comme "les reines de l'évasion", il me semble donc important de garder un œil dessus :-).


Attention tout de même à ne pas défendre les espèces invasives. Nous subissons actuellement un holocène (le 5ème de la planète pour être précis), et il semble évident que la nature ne se régénéra pas miraculeusement sous les yeux de l'Homme. Ce qui est perdu est perdu pour l'Homme, point barre. Mais l'on peut toujours se battre pour sauver les meubles ! Le défaitisme n'est pas, à mon humble avis, une solution viable.

Je vais être volontairement provocateur (et je m'excuse d'avance pour la gène occasionnée) : "rien à br*nler qu'il y ait un baisse de la biodiversité à l'échelle humaine". Toutes crises biologiques est suivi d'un pic de biodiversité, c'est bien connu ... Que l'Homme ne soit pas là pour assister au prochain pic de biodiversité, ça gène qui hormis l'Homme ?
On voit bien l'égo sur-dimensionné de Homo sapiens, à croire que tout tourne autour de lui : s'il y a une crise biologique actuelle/réchauffement climatique = c'est la "fin des temps". Le "vivant" ne tourne pas autour de l'humain, il était là bien avant lui et sera là bien après, donc pourquoi cette mascarade ?
Personnellement, cette mode "Nicolas Hulot" commence à me taper sur le système, elle est dénuée de tout sens logique et s'inscrit dans le droite lignée des créationnistes ! Il faut préserver la biodiversité actuelle car c'est "beau" et pour "l'Homme" ...


Je ne comprends pas ton aparté entre « biodiversité » et « dégâts économiques et sanitaires ».

C'était juste pour dissocier le fond de la forme : on nous bassine avec les histoires de dégâts sur la biodiversité, alors qu'en réalité ce sont des problèmes économiques et sanitaires qui sont en jeu ... un peu comme le réchauffement climatique.
Honnêtement, si l'on nous dis qu'il faut lutter contre la fourmi de feu car elle met en danger les myrmécofaunes locales, ça intéresse qui (hormis une centaine de myrmécophiles dans le monde) ?
Tandis que si l'on dit que :
  • la fourmi de feu cause 1 milliard de dollars de dommage/an aux states (Coût économique des espèces invasives).
  • la fourmi d'Argentine peut être porteuse de micro-organismes responsables d'infections nosocomiales (La véritable histoire des fourmis, P.223).
  • certaines espèces invasives peuvent être utilisées dans la lutte biologique, par exemple Solenopsis invicta détruit les parasites de la canne à sucre (La véritable histoire des fourmis, P.283).
--> Cela à déjà un peu plus d'intérêt et de bon sens. On ne peut pas me faire croire que toutes les études portant sur les invasives sont purement "nobles", dénouées de tout intérêts économiques. Au final il est plus facile de faire passer la pilule en parlant de dégâts sur la biodiversité plutôt que d'aborder le nerf de la guerre : l'argent. Demain, si l'on obtient des souches de Solenopsis invicta ayant un aiguillon non vulnérant est étant très efficace dans la lutte biologique (permettant ainsi d'augmenter le rendement), on ne parlera plus de peste mais de progrès :roll: (peu importe les dégâts sur la myrmécofaune locale, comme si les pesticides/insecticides n'en faisaient pas XD) ...

Si Homo sapiens voulait vraiment préserver la biodiversité, il commencerait par se tirer une balle dans la tête XD (... oui je suis misanthrope, que voulez-vous ^^).


Je vous remercie pour avoir maintenu une ambiance pacifique propice à l'échange (qui, même si c'est pas flagrant, a permis de faire évoluer mon point de vue), un débat dans la bonne humeur étant malheureusement chose rare aujourd'hui, surtout sur un support internet !

Ce fut également un plaisir :-), il est rare de pourvoir débattre aussi librement sur les forums de myrmécologie ... D'ailleurs c'est ce qui m'a fait aimer ce forum plus que les autres : son indépendance (économique) et cette liberté d'autonomie de penser :-).
Avatar de l’utilisateur
DMX

Re: Risques concernant l'élevage ou le déplacement d'espèces exotiques ou invasives

Message non lupar Jarode » Sam 21 Aoû 2010 14:18

La logique voudrait que l'on finisse d'abord le gros œuvre avant de passer aux finitions. S'il faut mobiliser les efforts quelque part, mobilisons les tout d'abord sur les braqueurs de fourgon blindé armés d'explosif, d'AK-47 et de lance roquettes, les petits voleurs de stylos publicitaires armés d'un gout un peu trop prononcé pour leurs marques préférés viendront après. Les premiers sont en ce qui me concerne les import/exports de bio-marchandises et les seconds les éleveurs d'exotique. Ils agissent à des échelles bien différentes.
Pour l'anecdote, je me rappelle de quelqu'un qui avait acheté des fruits ou une plante exotique et qui avait eu en bonus les fourmis qui vont avec. Il me semble avoir lu ce genre d'histoire plus d'une fois ici mais je peux me tromper.
Donc s'il faut dépenser du temps pour la cause exotique, autant prêcher la bonne parole auprès des entreprises ou des ministères, ce sera à mon avis incomparablement plus rentable au niveau du gain. A moins que ceux-ci n'en aient rien à faire ce qui expliquerait pourquoi certains préfèrent les forums et leurs particuliers.
Je ne vise personne, c'est juste un rappel. ;-)
Avatar de l’utilisateur
Jarode

Re: Risques concernant l'élevage ou le déplacement d'espèces exotiques ou invasives

Message non lupar Alex » Lun 23 Aoû 2010 04:41

DMX, je ne suis plus sûr de te suivre… En quoi est-il anormal de se mettre du côté des humains, lorsque l’on en est un soi-même ?

Pour les enjeux économiques je suis partiellement d’accord : on se rend compte de plus en plus que même les plus modestes agents de la biodiversité protègent nos finances (par les biais de l’agriculture, entre autres), et qu’un brin d’herbe au fond de l’Amazonie contient probablement la réponse au sida.

+1 Jarode pour les pathogènes… Et +1 aussi pour le dernier post. Je me suis permis de supposer un peu hâtivement que S.invicta aurait servit de leçon quant aux transports de marchandises, on a peut-être plus de facilité à constater « c’était une boulette » qu’à supposer « ça sera une boulette ».

Enfin faut croire que je ne suis pas du genre à voler des stylos sous prétexte qu’on fait pire ailleurs, si j’aime vraiment cette marque je vais plutôt essayer d’œuvrer en sa faveur plutôt que de me dire « à quoi bon, elle est foutue, si je me dépêche je peux repartir avec un stylo ! ».
Avatar de l’utilisateur
Alex

Re: Risques concernant l'élevage ou le déplacement d'espèces exotiques ou invasives

Message non lupar Jarode » Mar 21 Sep 2010 22:19

Sans que ce soit mon but je suis tombé sur cela :
Malheureusement, d'autres fourmis tropicales n’ont pas encore été étudiées sur ce sujet. Il est bien connu, cependant, que les véritables insectes tropicaux ne peuvent pas survivre longtemps aux températures proches ou inférieures au seuil de développement et particulièrement au-dessous du point d’engourdissement (Leather. 1993). Ainsi, la plupart des fourmis tropicales homodynamiques ne sont pas « pre-adaptées » au temps froid et ne survivraient pas, même dans les régions tempérées chaudes.

Les cycles saisonniers et les formes de dormance chez les fourmis (hyménoptères, Formicidae) Vladilen E. Kipyatkov, Traduction : brun° (Bruno Gentile)
Toujours intéressant d'avoir les avis des uns et des autres. Plus nous aurons d'informations et plus il sera aisé de se forger une opinion sur la chose.
Avatar de l’utilisateur
Jarode

Re: Risques concernant l'élevage ou le déplacement d'espèces exotiques ou invasives

Message non lupar DMX » Mar 21 Sep 2010 22:34

DMX, je ne suis plus sûr de te suivre… En quoi est-il anormal de se mettre du côté des humains, lorsque l’on en est un soi-même ?

Réponse avec un peu de retard (je l'avais loupé) ... Ce n'est pas parce que je suis un humain que je dois me complaire dans la bêtise humaine ^^ ... Homo sapiens : crotte de nez dans l'espace/temps, pourquoi lui accorder une importance démesurée ? ^^ ... Il y a quelques siècles on pensait que la Terre était au centre de l'univers, et que l'Homme était au centre du vivant ... et mon petit doigt me dit que cette mentalité n'a pas trop évoluée depuis :mrgreen: ... C'est affolant le nombre de personnes qui se disent évolutionnistes et qui nous sortent en permanence des discours créationnistes :-s ... Mais bon là je pense que je pars un peu en HS XD.

Malheureusement, d'autres fourmis tropicales n’ont pas encore été étudiées sur ce sujet. Il est bien connu, cependant, que les véritables insectes tropicaux ne peuvent pas survivre longtemps aux températures proches ou inférieures au seuil de développement et particulièrement au-dessous du point d’engourdissement (Leather. 1993). Ainsi, la plupart des fourmis tropicales homodynamiques ne sont pas « pre-adaptées » au temps froid et ne survivraient pas, même dans les régions tempérées chaudes.

Monomorium pharaonis (originaire d'Éthiopie) n'a pas eut besoin de s'adapter à nos températures extérieures pour pouvoir proliférer dans les habitations :-s. La température est certes un facteur limitant, mais pas une barrière infranchissable :-s.
Avatar de l’utilisateur
DMX

Page PrécédenteSuivante


Retourner vers Fourmis "Exotiques"


  • Sujets en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message





Forum