Parthénogénèse

Le mot "parthénogénèse" vient du grec parthenos qui signifie vierge et de genesis signifiant génèse.
La parthénogénèse est un processus de reproduction monoparentale à partir d'un unique individu femelle, il n'y a par conséquent aucune copulation ou fécondation. Ce mode de reproduction non sexué a un avantage sélectif car elle produit un grand nombre d'individus sans nécessiter d'organisme mâle. Bien que pratiquant la parthénogénèse, les espèces dotées de cette capacité peuvent presque toujours se reproduire de façon plus conventionnelle, par reproduction sexué (ex: les fourmis).
Le phénomène de parthénogénèse peut donner :
  • soit uniquement des femelles (parthénogenèse thélytoque),
  • soit uniquement des mâles (parthénogenèse arrhénotoque),
  • soit des mâles et des femelles (parthénogenèse deutérotoque/amphitoque/amphotérotoque).

Chez les fourmis, une gyne peut être :
  • non-fécondée : n'ayant aucun stock de "spermatozoïdes",  elle ne pourra que pondre des œufs non fécondés (haploïdes) qui donneront des mâles (parthénogenèse thélytoque).
  • fécondée : ayant à sa disposition un stock de "spermatozoïdes" elle pourra choisir de pondre : 
    • soit des œufs qu'elle aura choisi de ne pas féconder (haploïdes) et qui donneront des mâles (parthénogenèse thélytoque).
    • soit des œufs qu'elle aura choisi de féconder (diploïdes) et qui donneront des femelles (parthénogenèse arrhénotoque).
Note : Il peut arriver que les ouvrières d'une colonie pondent des œufs mâles par parthénogenèse arrhénotoque.

Glossaire Myrmécologique