Métier "fourmis"

Re: Métier "fourmis"

Message non lupar Yloo » Lun 14 Sep 2015 14:59

Bonjour Kzt et bonjour à tous !

J'ai reçu quelques message en MP sur ce forum, et je serais très heureuse d'y répondre, mais ne m'investissant pas assez sur ce site je n'ai pas accès moi-même aux MP. Ce qui fait que je peux recevoir des messages, mais pas y répondre. Donc n'ayez crainte, je ne vous snobe pas. J'espère que ceux qui m'ont contactés personnellement verront mon message ici.

Je vous donnerais bien rendez-vous sur une autre plate forme, mais visiblement il n'est pas possible de divulguer une quelconque autre adresse web ici. Je me vois donc contrainte de rester muette par MP.

Bref, je peux quand même répondre à @Kzt "Est-il possible de travailler avec les fourmis à partir d'autres formations? (psy, socio)":

Je ne sais pas vraiment. J'imagine que oui, je pars du principe que rien n'est impossible, mais difficile de te parler de façon concrète là-dessus. Les personnes que je connais qui travaillent avec les fourmis passent toute à un moment ou a un autre par la bio. Après, dans le domaine des parcours un peu atypiques, je connais un grand passionné à Montréal qui a trouvé un poste d'assistant à la recherche dans un labo de myrméco sans avoir à l'origine la formation de biologiste (bien que dans le domaine des fourmis il en connaissait déjà bien plus que la plupart). Mais pour avoir un statut reconnu et pour accéder à des tâches plus intéressantes en recherches, il est en train de valider maintenant une licence. Il a fait les choses un peu à l'envers, mais dans son cas, grâce à son excellence dans le domaine, ça a marché aussi.
Avatar de l’utilisateur
Yloo

Re: Métier "fourmis"

Message non lupar Nino » Lun 5 Oct 2015 16:49

Bonjour à tous,

J’aimerai aussi partager mon expérience sur ce sujet, au cas où certains seraient rebutés par les premières réponses.
Pour commencer, je ne vais parler que d'un type de travail autour des insectes : la recherche. J'imagine qu'il y en a en fait beaucoup d'autres : élevages pour la vente, pour utilisation en tant que bio-pesticides, etc.... (Il doit donc être possible de monter une start-up dans ces domaines !).
Pour ce qui est de la recherche : il y bien plus de possibilités qu'on ne le croit : des labos non spécialisés en fourmis mais qui travaillent avec ou sur les termites et les abeilles et beaucoup de travaux sur les drosophiles si on n’a pas peur d'étendre. Après bien sûr, on choisit la recherche pour diverses raisons, mais la passion est sans doute la meilleur qu'il soit (que ce soit pour n'importe quel métier selon moi).
Et pour ce qui est des études qui peuvent conduire à la myrmécologie : j'ai suivi une formation en physique (Licence+Master), avant de choisir d'étudier la biophysique en M2. Pour ma thèse, j'ai trouvé un labo qui travaille avec des fourmis, sur des problématiques de mouvements collectifs etc.
C'est donc très large, certes je suis un peu tout seul dessus pour l'instant, il est possible que ça ne "marche pas", mais je pense que je vais pouvoir apprendre beaucoup de choses.
En un mot : ne pas avoir peur de vivre ses passions, les garder précieusement et persévérer.

Bon courage aux passionnés (et il y en a sur ce forum !).
Avatar de l’utilisateur
Nino

Re: Métier "fourmis"

Message non lupar Will » Lun 5 Oct 2015 17:05

Haha. En général les passionné fourmis font de très mauvais chercheurs en biologie. Ils restent enfermés dans une vision des choses myrmécologique et ont du mal a prendre le recul nécessaire pour mener à bien des expériences de qualité. Bon il y a toujours des exceptions, mais la recherche demande de la rigueur, détachement et de la répétition que les passionnés digèrent mal.
Avatar de l’utilisateur
Will

Re: Métier "fourmis"

Message non lupar zampaï » Lun 5 Oct 2015 19:09

Mmm... Je viendrais ici exactement contredire Will. Je suis maintenant enseignant-chercheur à l'université, depuis 4 ans. Non seulement ma passion pour les plantes (que j'ai depuis tout petit) a grandi pendant ma thèse, mais aujourd'hui les plantes me passionnent plus que tout. Même si je suis très amère vis-à-vis de certains aspects de ma thèse et si c'était à refaire, je ne referais surement pas tout ça, je ne suis pas du tout d'accord ! Non ! Faire de sa passion son métier ne nous en dégoutte pas, c'est au contraire un vrai moteur qui permet de rester motivé, rigoureux et surtout circonspect ! Bref, je vis exactement le contraire de ce que tu dis Will. Et je connais de nombreux chercheurs dans mon cas, notamment certains qui bossent sur les insectes.
Cependant, je conçois très bien l'avis opposé également. Le parcours personnel est très différent selon les gens. Tous les points de vue sont bons à considérer et ici comme en sciences, attention aux positions trop "tranchées". :-)

On manque aujourd'hui hélas cruellement de jeunes curieux, rigoureux et passionnés en sciences...
Avatar de l’utilisateur
zampaï

Re: Métier "fourmis"

Message non lupar Fourmilax » Mer 1 Mar 2017 23:02

WOW !
Depuis quand les myrmécophiles font-ils de mauvais chercheurs ? :think:
Je suis moi-même un passionné des fourmis entre autres bestioles et je suis en plein cursus d'études pour devenir chercheur (je suis étudiant à l'ENS à Lyon) et je suis plutôt vexé de ce que tu dis! }:-<
Justement si l'on n'as pas la passion de ce que nous faisons, cela devient très vite un domaine ou le travail devient saoûlant. Pour ma part je sais que c'est ma passion qui me motive à avancer, continuer à suivre mes études. *good* Je vois également tous mes professeurs complètement à fond dans leurs domaines, et je parle d'enseignants chercheurs très éminents (il fallait voir mon prof de développement s'extasier devant ses drosophiles :-D ). Alors cela me paraît complètement faux de croire que les chercheurs sont des gens pauvres en passion et d'entrain pour ce sur quoi ils travaillent ! La rigueur et la prise de distance ne sont pas incompatibles avec nos passions. C'est simplement un exercice que l'on apprend à maîtriser.
Avatar de l’utilisateur
Fourmilax

Re: Métier "fourmis"

Message non lupar zampaï » Mer 1 Mar 2017 23:54

En effet, je confirme, le "vrai bon chercheur" est forcément quelqu'un du genre "passionné".
Avatar de l’utilisateur
zampaï

Re: Métier "fourmis"

Message non lupar Will » Jeu 2 Mar 2017 02:03

Les petits amis, ne confondez pas tout. Être un bon biologiste, demande une dose de passion qui pousse à se poser des questions pertinentes vis à vis de la vie en général. Questions qui outrepassent un modèle particulier. Et c'est la que se situe tout le nœud du problème. Un modèle ne sert qu'a répondre à une problématique. Fourmis, limaces, dromadaires, lignées cellulaires : si votre passion est de comprendre la vie, vous n'en aurez cure. Vous aurez peut-être une préférence, mais vous serez ce professeur enthousiaste de sa recherche tant décrit.

Le myrmécologue omnibulé par contre, est par définition bloqué sur la fourmi. Et de par ce blocage, il limite la portée de ses questions. De plus, il s'imagine souvent qu'en arrivant dans le monde de la myrmécologie, sortant frais de ses études et des forums ou il aura dévalisé An****re, chaque chercheur sera tout autant passionné que lui, aura fait de l'élevage depuis 10 ans et sera différentier chaque espèce de Lasius. C'est faux, archi faux. Nombre de ce qu'on considère comme myrmécologues n'en ont en fait qu'assez peu cure des fourmis au sens large du terme, au delà de leur propre recherche. Ce n'est même pas nécéssaire d'être passionné par son modèle pour faire de la bonne science. Un plus c'est vrai, mais pas un must have.

Le must have, c'est d'être passionné de sciences, ce qui manque si cruellement comme le dirait Zampaï.

Alors, est-ce qu'être passionné d'un modèle empêche systématiquement d'être un bon chercheur ? Non. Mais à l'inverse, est-ce que j'ai vu beaucoup de passionnés penser qu'ils feraient de bons chercheurs, pour finir complétement dépassés par la biologie au delà de leur modèle ? Oui. Dépités et dégoutés par la réalité, ils rentrent chez eux et continuent de construire des nids en béton cellulaire à défaut d'autre chose.

Bref, si je peux donner le moindre conseil aux passionnés : garder la précieusement, cette passion. Elle pourra, et sera utile dans une certaine mesure pour un futur métier de myrmécologue. Mais ne pensez surtout pas qu'elle suffira en tant que telle : c'est foncer droit dans le mur. Les fourmis c'est cool. La science, c'est au dessus. ;-)
Avatar de l’utilisateur
Will

Re: Métier "fourmis"

Message non lupar zampaï » Jeu 2 Mar 2017 10:15

Tout à fait d'accord également. Ça recoupe aussi un peu l'idée qu'un chercheur (biologiste ou autre) doit être quelqu'un de très ouvert d'esprit. Ce que je dis toujours aux étudiants : curiosité, rigueur et circonspection sont les trois qualités pour faire de la recherche. Et je sais moi-même combien c'est difficile, pour moi mais aussi pour certains professeurs, de présenter ces qualités. Mais ça se travaille. ;-)
Avatar de l’utilisateur
zampaï

Re: Métier "fourmis"

Message non lupar RollingMan » Jeu 2 Mar 2017 13:18

Je ne suis pas chercheur, mais un point commun à tout ce qui est questionnement c'est que la passion met des œillères. Évidemment qu'il faut de la passion, mais il faut prendre du recul par rapport à cette passion si on veut pouvoir élargir son champ de vision. :-)
Avatar de l’utilisateur
RollingMan

Re: Métier "fourmis"

Message non lupar camponotus38 » Lun 9 Avr 2018 12:32

Je déterre ce sujet car j'aimerais également avoir un métier lié aux fourmis, et aux insectes de manière un peu plus générale.
Je suis passionné de sciences depuis mon plus jeune âge, je me suis toujours beaucoup intéressé à la nature. J'aimerais avoir un métier qui me permette d’exercer et de développer ma passion (au mieux avec beaucoup de travail sur le terrain), comme certains l'ont dit plus haut.
J'ai vu sur ce sujet qu'il y avait des avis très contradictoires, je n'ai pas d'avis très marqué pour l'instant. J'aimerais simplement savoir ce que vous en pensez, ce que vous me conseillez et me déconseillez.
Il y a eu beaucoup de nouveaux membres entre 2017 et 2018, et ces nouveaux membres ont sûrement quelque chose à apporter au débat. Je suis peut-être un peu jeune (13 ans), mais je préfère commencer à y réfléchir tôt et être content de mon choix plutôt que commencer tard et en être dégouté.
Merci d'avance. *salut*
Avatar de l’utilisateur
camponotus38

Page PrécédenteSuivante


Retourner vers Partie Généraliste


  • Sujets en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message





Forum