[Blog] Présentation de mes colonies

[Blog] Présentation de mes colonies

Message non lupar camponotus38 » Ven 21 Juin 2019 19:13

*salut*

Je présenterai ici les avancées de mes fondations, que j'espère voir devenir des colonies, en commençant par les Lasius emarginatus...
... puis les Cautolasius sp aux premières ouvrières, peut-être une inconnue dont j'attends la ponte ...

Le Q/R : https://www.myrmecofourmis.com/forum/viewtopic.php?f=53&t=30868

Lasius emarginatus :


Gyne trouvée en juillet 2018 sous un lampadaire durant un essaimage nocturne. Fondation en règle, quelques pertes à déplorer mais rien de grave. Sortie de diapause en mars 2019.

06/05/19 : la fondation compte 6 ouvrières, mais n'est pas timide pour autant, le recrutement concerne en général toutes les ouvrières. Le couvain est composé d'une dizaine de larves et d'une grappe d’œufs.

26/05/19 : Premier cocons de l'année ! Le restant de la fondation : une douzaine d’œufs, 9 larves, 2 cocons... et la gyne.

15/06/19 : Mise à disposition de terre et de débris ligneux dans l'aire de fourragement. L'activité a aussitôt augmenté dans l'ADC, plus pour l'aménagement du tube et pour l'exploration que pour un réel fourragement.
Le résultat est bien visible : les ouvrières parcourent l'ADC de long en large contre le tiers de la surface côté "tube d'entrée" avec le plâtre nu.

21/06/19 : environ 10 larves, 8 cocons, récemment 8 ouvrières et un peu moins de 20 œufs.

Une photo de l'ensemble, de mauvaise qualité et je m'en excuse, le tube est (très) sale :
[Blog] Présentation de mes colonies, La famille des marginales
La famille des marginales


That's all ! *salut*
Avatar de l’utilisateur
camponotus38

Re: Présentation de mes colonies

Message non lupar camponotus38 » Jeu 22 Aoû 2019 15:55

Formica cf fusca (X2) :

Fondation n°1 : Gyne trouvée dans un lieu chaud et sec, le 22/06/19. J'ai eu peur pour elle, elle est restée 3 heures dans un zip lock, dans une voiture à quasiment 40°C.
Finalement, elle s'est aussitôt calmée une fois en tube, mais pour l'attraper en plein cagnard alors qu'elle courait à cent à l'heure, ce n'était pas gagné...

- 24/06/19 : : Environ 4 œufs, les 4 premiers !

- 02/07/19 : Environ 6 larves, fin premier/deuxième stade.

- 04/07/19 : Les larves ont bien grossi, et sont probablement passées au stade suivant.

- 06/07/19 : Maintenant 2 cocons et 5 larves restantes, soit un développement de l’œuf au cocon de deux semaines. :-)

- 06/07/19 : La tendance a été inversée : 5 cocons et deux larves.

- 06/07/19 : Plus que des cocons, la gyne a bien "maigri" depuis sa capture.

- 22/08/19 : Je ne retrouve pas les billets qui suivent le précédent, normalement notés sur mon carnet, mystère...
Toujours est-il que la fondation compte actuellement 7 ouvrières et 6 cocons, et reste malgré tout très timide, je ne les ai vu visiter l'ADC que deux fois.

La deuxième maintenant (c'est probablement la même espèce donc je ne m'attarderai pas dessus, à savoir que je ne suis pas non plus attardé sur l’identification, donc bon) :

Gyne trouvée dans mon jardin le 30 du même mois que la première, première ponte le 2 juillet, les larves sont arrivées presque deux semaines après, la fondation compte actuellement 8 ouvrières, et c'est tout. Je compte la relâcher quand elle sera plus populeuse, garder un doublon ne me sert à rien.
Avatar de l’utilisateur
camponotus38

Re: Présentation de mes colonies

Message non lupar camponotus38 » Dim 23 Fév 2020 20:19

Premier Post 2020, bonjour à tous les myrmécophiles ! *salut*

Aujourd'hui je vais vous parler des premières réveillées, dont certains ont déjà entendu parler hors de ce sujet, à savoir mes...

Lasius fuliginosus !


J'avais prévu de faire une mise à jour pour toutes mes espèces, avec une chronologie détaillée depuis la capture, et ce avant la mise en diapause de mes fondations, mais manque de temps, flemme, et perte du carnet dans lequel je notais les avancées de mes fondations n'ont pas aidés. Pour ces raisons, le début du compte rendu sera basé sur des imprécisions au niveau des dates, et ce pour toutes mes fondations, je m'en excuse.

Bonne lecture ! :-)

La gyne a été capturée début 2019. Je l'ai rapidement mise en contact avec la première née encore fraîche d'un gros tas de cocons, lesquels étaient des cocons de Lasius sp noires. Je suppose qu'elles sont du groupe niger, la qualité de ma bino ne me permettant que de supposer XD.
Vous qui venez de lire que la gyne a "rapidement" été mise en contact avec une hôte (et quand je dis rapidement il n'a pas du s'écouler une dizaine de minutes de sa capture à la tentative d'adoption), vous vous demandez peut être pourquoi j'ai été aussi chanceux dans ma quête de cocons... Je précise donc que ces cocons proviennent d'une tentative précédente avec une autre gyne de la même espèce, tentative qui n'a malheureusement pas abouti... ... Pour la bonne et simple raison que je n'ai pas suivi les conseils pourtant évidents : ne pas mettre la gyne avec des ouvrières "matures", être patient. J'ai fait le contraire : conscient du temps pouvant s'écouler avant que le premier imago ne pointe le bout de son nez, j'ai été chercher des ouvrières "matures" (environ 5) dans la colonie d'origine des cocons" et je les ai introduites une à une, après un passage à l'eau sucrée+réfrigérateur, sans même attendre d'être sur que la gyne n'est plus considérée comme hostile à la première ouvrière avant d'ajouter la suivante (j’exagère peut être un peu, mais je préfère ça à me jeter des fleurs en disant que "non, j'ai tout fait bien, ce n'est pas de ma faute"). Une fois tout ce petit monde en tube, direction le frigo une nouvelle fois.
Une fois ce petit monde réveillé, je me rends compte que pour l'adoption ce n'est pas gagné... Panique à bord, la gyne qui parcourt le tube en long et en large à vitesse grand V, suivie de près par ses supposées esclaves, lesquelles arrivent parfois à grimper sur la gyne, ce qui se solde souvent par une morsure. Malgré tout, il y a bien eu les fameux "dialogues" d'antennes, mais ils ne représentent qu'une petite part des contacts...
Direction le frigo une nouvelle fois, et je croise les doigts. A priori tout le monde est calme, et ce ne'st pas à mettre sur le compte de la température, le tube s'est réchauffé. Le lendemain, je retrouve la gyne les six fers en l'air, dans l'ADC. Donc je sais que cet incident ne me met pas en parfaite position pour donner des conseils aux débutants, que ces conseils sont on ne peut plus redondants sur ce forum, et qu'ils sont ridicules tant ils sont évidents, mais avis au débutants : respectez les conseils et soyez patients, la preuve par l'exemple.
Mais revenons à la gyne dont l'introduction s'est bien passée, en espérant que ce speech ne plombe pas l'ambiance. :hihi:

La suite logique : de nouvelles éclosions d'ouvrières (environ 70 cocons au départ, par la suite j'en ai rajouté, donc une centaine au total), la proportion ouvrières/cocons qui s'inverse... ... Et surtout plus d'ouvrières pour nourrir une gyne qui n'est pas particulièrement grosse. Son gastre s'est donc rapidement arrondi, nourrissage oblige.

Elles ne sont pas difficiles, ne me boudant jamais le miellat proposé (sucre+eau, sirop d’érable dilué, miel dilué, bio bien sûr, etc). J'ai également proposé des protéines pour favoriser la ponte.

Résultat, environ un mois après sa capture, c'est à dire le 10 juillet 2019, la gyne était devenue une vraie bonbonne, son gastre ayant triplé en comparaison du moment de la capture. Les membranes inter-segmentaires tendues presque à leur maximum, laissant entrevoir des œufs blancs si on regarde avec une bonne loupe. Il a suffi que je m'absente deux jours pour que la gyne me fasse cadeau d'une grosse grappe d’œufs.

[Blog] Présentation de mes colonies, Photo (de mauvaise qualité) de la gyne bien gonflée, un peu après la première ponte.
Photo (de mauvaise qualité) de la gyne bien gonflée, un peu après la première ponte.


Celle-ci a facilement triplée dans le semaine qui a suivi. La gyne ainsi vidée restait quand même plus dodue qu'à sa capture ce qui est tout de même rassurant.

Entre un mois et deux mois après la ponte, bien que je penche plus pour un mois (le genre d'imprécision dont je m'excuse), les premières larves sont là. Deux semaines après, tous les œufs sont devenus des larves. Quelle surprise !
J'avais pu lire que certains ont attendu le printemps d'après pour voir les premières larves, je ne vais pas me plaindre ! :slap:
Peu après l'apparition des larves celles ci sont plus de 200 (230 max).

[Blog] Présentation de mes colonies, Couvain le 10 août
Couvain le 10 août


La magie de l'ordinateur opérant, j'ai pu retrouver la date de la photo, et je peux donc affirmer qu'exactement un mois après la ponte quasiment tous voire tous les oeufs étaient éclos.

Par la suite et jusqu'à la mise en diapause, elles ont vu leurs mensurations légèrement augmenter, mais pas de beaucoup ce qui me fait penser qu'elles n'ont pas mué depuis le passage de l’œuf à la larve.

Pour le reste, que dire sinon qu'elles ont un appétit d'ogre, et que je suis impressionné par la taille des gouttes de miellat qu'elles sont capables d'engloutir, et par la fréquence à laquelle elles peuvent répéter cet exploit...
La mise en diapause s'est bien passée, bien qu'elle ait été un peu tardive, mi décembre environ. La faute au redoux (je voyais encore des Lasius dehors en novembre) mais aussi la mienne.

La sortie s'est faite début février, avant tout le monde (à l'heure ou j'écris ce sont les seules réveillées, je parle des fourmis bien sûr XD ) à cause de leur ferveur à creuser le coton en direction de la réserve d'eau... :-|
Ça m'avait peu inquiété avant la diapause, mais redoux oblige , les travaux de forage ont repris pendant l'hiver. Ce n'est toujours pas gênant dans l’immédiat (du moins c'est mon avis) mais pour prévenir une inondation j'ai voulu les changer de tube. L'ancien a été placé dans l'ADC, qui est connectée au nouveau. Une goutte de miellat a également été mise à disposition. Une paire d'heure après je soulève le tissu qui occulte le nouveau tube et, suspense... ... Une ouvrière qui fait de la reconnaissance. C'est un bon début, mais visiblement le tube ne leur plait pas : un peu plus tard elles ont rétréci l'entrée du tube avec le substrat de l'ADC, probablement pour conserver une bonne hygrométrie et pour se sentir à l'aise, ce qui veut dire qu'elles ont l'intention de rester.

La quantité de larves a diminué, mais pas de manière énorme, je pense qu'on est toujours au dessus de la barre des 150. La taille des nourrissons, quant à elle, n'a pas changée.
La gyne va bien, et l'hiver ne l'a pas faite maigrir (je place ce constat ici, mais il a été fait avant le nourrissage).
Maintenant, le tube est entièrement bouché.


Merci à ceux qui ont pris la peine de lire mon pavé, je suis ouvert à toute critique constructive tant sur la forme que sur le fond de ce Blog. Et je dis blog car je demande au modérateurs de déplacer ce sujet dans la section appropriée, je trouve ce format plus pratique tout compte fait.
En attendant, vous pouvez faire vos commentaires ici.
A bientôt !
Avatar de l’utilisateur
camponotus38

Re: Présentation de mes colonies

Message non lupar camponotus38 » Jeu 19 Mar 2020 19:02

Bonjour à tout le monde et bonne chance pour la suite de votre confinement ! :-)
Petite mise à jour pour décrire la totalité de mes fondations actuelles, comme dit précédemment il y aura des imprécisions au niveau des dates mais rien de grave. :moui:


Le Q/R : https://www.myrmecofourmis.com/forum/viewtopic.php?f=53&t=30868


Je commence par les...
Lasius :

Lasius emarginatus
06/03/2020 : Maintenant à température ambiante, elles semblent pourtant toujours en diapause. Elles ont un paquet de petites larves et les ouvrières dépassent la soixantaine.
Le lendemain, elles sont bien réveillées, j'observe les premiers recrutements sur du pseudo-miellat. :hihi:
19/03/20 : Je n'observe pas d'évolution flagrante du couvain ni de nouvelle ponte, mais je ne me fais pas de soucis pour elles.


Lasius (Cautolasius) sp :
La population de cette fondation bigyne datant d'aout 2018 a l'année suivante dépassé les 40 ouvrières...

[Blog] Présentation de mes colonies, Cautolasius sp le 22 juin 2019.
Cautolasius sp le 22 juin 2019.
[Blog] Présentation de mes colonies, Cautolasius sp le 22 aout 2019.
Cautolasius sp le 22 aout 2019.


... et a chuté ! Il faut savoir que j'avais tenu à reconstituer leur environnement souterrain, avec une boite remplie pratiquement jusqu'au couvercle de terre tassée, et occultée par un tissu. J'y avais introduit des collemboles pour éviter la moisissure, dont elle se nourrissent.
Les ouvrières étaient très timides et ne "sortaient" que rarement dans l'aire de chasse, mais bon, ça c'est pas sur sachant que je ne me fie qu'aux moments où j'ai enlevé le tissu pour jeter un coup d’œil.
Le fait qu'elles soient passives et que mes nourrissages pas assez fréquents ne compensaient pas les ponctions des collemboles dans les liquides sucrés (en tout cas quand je voyais le gastre souvent resserré des ouvrières, l'absence de celles-ci dans l'ADC la majeure partie du temps et le papier alu impeccablement propre avec presque toujours des collemboles dessus, avouez qu'il y a de quoi douter. :moui:) a sensiblement fait baisser la population... :-|
Je soupçonne aussi que le tuyau de liaison n'a pas aidé : je suppose que celui-ci est une "structure" supplémentaire à gérer, et que "l'apprentissage de l'ADC" est plus rapide quand le tube est directement dans l'ADC ou sans tuyau.
Pour une fondation qui n'est pas timide ça ne pose aucun problème, mais pour des Lasius sp jaunes qui, en plus, ne sont pas nourries assez souvent, c'est un facteur aggravant (je pense) qui rend l'exploration de l'ADC moins fréquente. Peu avant la mise en diapause les ouvrières se portaient au nombre d'une vingtaine, et pour être sur qu'elles soient gavées, j'ai placé un coton imbibé de pseudo miellat dans le tube. Elles ont eu la formidable idée de s'engluer dessus (honnêtement je me demande si la goutte de miellat sur l'alu n'est pas moins risquée parfois), et il n'y avait plus que 4 ouvrières vivantes à la sortie de diapause. Le tube étant très sale, avec de la moisissure et des cadavres, je les ai déménagées à la méthode bourrin (pas trop quand même, au pinceau), et 2 ouvrières ont perdu la vie dans l'opération.
20/03/2020 :
Je croise les doigts pour que les gynes refondent, mais actuellement les tests de nourrissage sont peu fructueux, et je n'ai pas envie de les laisser au calme avec rien dans le gastre...


Mais trêve de regrets :
Lasius fuliginosus :
17/03/20 :
QUEL SCOOP !
Les ouvrières commencent à déménager de l'ancien au nouveau tube ! XD
19/03/20 : Elles ne se décident pas à abandonner l'ancien tube, mais le couvain et la reine ainsi que le gros de la troupe sont dans le nouveau. :-)


On passe aux Formica sp :


Formica (Serviformica) sp :
Les ouvrières et la gyne vont bien, environ 10 têtes au total. :-) En revanche, pas de ponte mais je suppose que ce n'est qu'une question de temps. Elles apprécient les liquides sucrés, et sont comme leur genre le veut très sensibles aux vibrations et à la lumière.

Formica cf pratensis :
Cette gyne date d'Avril 2019, je l'ai trouvée sous une pierre plate alors même que je n'avais jamais vu de Formica sensu stricto près de chez moi. Il est vrai que cette espèce habite des niches écologiques un peu différentes de ses cousines. Il y avait l'année dernière 7 larves qui se sont toutes nymphosées, pour une douzaines d'esclaves introduites à la méthode eau sucrée plus frigo, cette fois parce que je ne trouvais absolument aucun cocon. Il s'est trouvé que cette méthode s'est révélée dans ce cas là fructueuse, mais ne l'utilisez qu'en cas de dernier recours ! *non*
J'ai pu assister à la naissance de certains imagos incolores, mais je soupçonne les hôtes de les avoir lynchés, je n'ai jamais pu les voir avec leur coloration définitive. A peu près en même temps j'ai trouvé des cocons d'une espèce hôte (F. fusca/cunicularia ou autre) et les ai ajoutés à la fondation.
19/03/20 :
Elles vont actuellement bien, une trentaine d'esclaves, pas de couvain. J'espère que le nombre plus important d'esclaves aboutira à une ponte plus importante et à une chance de survie plus importante de même des hypothétiques ouvrières pratensis. *amen*


Aphaenogaster cf subterranea :
Cette gyne date d'Aout 2019, elle a pondu 2 jours après sa mise en tube avec un espace vital de deux petits centimètres (pour moi cette espèce est vraiment facile à faire pondre, troisième tentative -une hors blog- et troisième fois où la gyne pond au plus tard deux jours après :-)).
19/03/2020 :
Actuellement (faut que j'arrête avec les actuellement XD) sa ponte est devenue une larve bien dodue qui ne devrait pas tarder à se nymphoser et une plus petite.


Solenopsis (Diplorhoptrum ?) fugax :
Deux gynes provenant d'un même essaimage mises dans le même tube (à la base il y en avait cinq, mais j'ai du m'absenter et les laisser dans leur tube... ... Eppendorf. Il n'y avait aucune agressivité entre elles, en revanche ces deux là sont des rescapées.)
Elles ont décoré leur tube de 1 cm de diamètre (les autres jaunes y ont droit aussi, j'ai réduit les dimensions durant le déménagement de force) de deux œufs aujourd’hui, le 19 mars 2020 ! \o/ Je les laisse dans un tiroir pour les deux prochaines semaines (si je tiens). *salut*

C'est tout pour aujourd’hui, bonne journée ! *salut*
Avatar de l’utilisateur
camponotus38



Retourner vers Blogs des espèces "françaises"


  • Sujets en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message





Forum