[Blog] Camponotus dolendus

[Blog] Camponotus dolendus

Message non lupar Libertango » Ven 5 Oct 2012 23:47

Bonsoir à vous tous, *salut*

Ce soir, un nouveau blog d'une colonie que j'affectionne tout particulièrement ; celles de mes Camponotus dolendus. C'est une espèce d'origine chinoise à la démographie galopante et à l'appétit gargantuesque si tant est que l'on en prenne grand soin. Reconnaissable entre toutes par son gastre aux reflets mordorés, cette fourmi est aussi l'une des plus agressives que j'élève. Inépuisables reines de la chasse, parcourant inlassablement leur aire de vie, je me plais d'ailleurs à les surnommer "mes ardentes".

De cinq tubes leur faisant office de nid à quatorze remplis à ras bord, ces trois derniers mois leur explosion démographique fut fulgurante. À tel point que l'aquarium dans lequel elles résidaient jusqu'alors devint leur prison. Il me suffisait de soulever le couvercle pour qu'elles jaillissent de toutes parts, dégueulant en flots ininterrompus de leurs geôles nacrées.

Dans cette première vidéo, vous verrez à quel point il étant grand temps que je remédie à cela. Les pauvres en étaient même arrivées à stocker leurs œufs à même le sol en plexiglas... Cruel myrmécophile que je suis. Bien que j'avais veillé à mettre leur nid sur un promontoire, elles se plaisaient à remonter systématiquement leurs déchets et les entreposaient entre les tubes. C'est un élément comportemental que je n'avais jamais encore rencontré avec mes autres espèces de Camponotus tropicales.


* Disponible également en lecture HD

A l'instar de mes autres colonies populeuses, un nouvel habitacle devenait obligatoire. En effet, il m'était devenu quasiment impossible de nettoyer l'aire de chasse et d'inspecter leurs tubes si il m'en prenait l'envie. Figurez-vous qu'en plus d'être rapides comme l'éclair, elles n'hésitent pas à grimper sur la main qui les nourrit ^^ et à franchir l'anti-évasion comme des furies lorsqu'elles se sentent menacées ! Des cruentatus aussi vives que des consobrinus... -dé- Relogé une fourmilière aussi caractérielle ne fut pas une mince affaire. ^^

Passées les commandes habituelles chez mes fournisseurs, je mis en place leur nouvelle AdV selon mes plans griffonnés. J'appelle une Aire de Vie un tout-en-un comprenant le nid et l'aire de chasse. Outre le faire de rendre impossible toutes évasions, cela me permet de gagner de la place et bien sûr d'avoir une vue d'ensemble de mes petites protégées. En premier lieu, j'avais dans l'idée, toujours par soucis de propreté, de leur rendre difficile le stockage de déchets. Ce pourquoi, un nid en plexiglas surélevé me semblait opportun. De plus, leur propension à déferler sur leurs proies ainsi que le spectacle d-étonnant de leur comportement de chasse m'invitait à leur proposer une enivrante "descente aux enfers"... Fait intéressant pour le moins, leur développement n'est pas affecté par une température ambiante modérée.

Des filles faciles dirions-nous ! ^^

Je décidais donc de les déménager en deux étapes non sans avoir omis d'appliquer un anti-évasif sur les parois de mon aquarium. Après avoir organisé comme il se devait leur nouvelle maisonnée, j'ai déposé les premiers tubes dans la partie haute non loin de l'entrée de leur nid en plexiglas (l'un d'eux abritait la gyne). Afin de sciemment désorganiser la colonie en les obligeant à regrouper une partie du couvain et la pousser par le fait à trouver un lieu sûr afin de les entreposer, j'ai déversé trois autres tubes au centre même de l'aire de chasse. Comme vous pouvez l'imaginer, l'effervescence fut cataclysmique ! ... mais elles étaient tellement préoccupées par le couvain et par le destin de leur reine que toute velléité de fuite fut "brisée dans l’œuf" ! ^^

Première salve ! ;-)


* Disponible également en lecture HD

Voilà... Je venais de propulser près de la moitié de mes serviles dans l’arène. En l'espace de quelques minutes, la colonie s'était déjà quasiment engouffrée dans le nid suivie de peu par la gyne qui ne demanda pas son reste. Vous aurez bien sûr l'opportunité de découvrir des photos de ce réceptacle dans un billet ultérieur.

Après avoir enlevé quelques tubes et déposé un abreuvoir... Seconde salve ! :-)


* Disponible également en lecture HD

A l'heure où je vous écris ces quelques lignes, la fourmilière aux quelques deux mille individus a retrouvé son calme et attend patiemment le photographe qui voudra bien l'immortaliser ; de si petites blotties les unes contre les autres...

Mais il se fait tard chers ami(e)s... Ce sera donc pour le prochain billet... ;-)

:arrow: Pour vos commentaires et questions éventuelles.
[Q/R] Camponotus dolendus
http://www.myrmecofourmis.com/forum/viewtopic.php?t=12513
Avatar de l’utilisateur
Libertango

Re: [Blog] Camponotus dolendus (Libertango)

Message non lupar Libertango » Ven 7 Déc 2012 20:30

Bonjour à toutes et tous ! *salut*

Deux mois sont passés depuis le dernier billet posté sur mes Camponotus dolendus... Que le temps passe vite chers amis ! Figurez-vous que j'ai été contraint de concevoir une autre maisonnée pour mes très nombreuses protégées dont l'effectif a encore progressé. Tous les cocons ont éclos début du mois dernier et le nid en plexiglas de fabrication "industrielle" que je leur avais mis à disposition initialement n'était déjà plus suffisant à un point tel que ces toutes nouvelles multitudes squattaient déjà le sol immaculé de leur aire de vie (AdV). :think:

Vous ne savez pas quoi faire de vos après-midi ? Abritez chez vous une fourmilière de plus de deux mille ouvrières de cette espèce et plus jamais vous ne vous ennuierez ^^. Voilà en substance ce que je me suis dit après avoir passé pas moins de trois heures à les récupérer pratiquement une à une. Quant au couvain, les ouvrières que j'ai l'habitude de laisser m'aider à rassembler les petits tas m'ont bien aidé dans cette tâche ardue mais néanmoins amusante pour le myrmécophile besogneux que je suis. Usagés de la pince philatélique et victimes des bouts des doigts qui brûlent, je vous salue !

La veille bien entendu, j'avais pris soin de réfléchir à un autre concept d'AdV. En regard des conditions d'élevage observées et de leur petite taille, il m'était impossible de reprendre l'idée de certaines de mes réalisations et encore moins d'utiliser des nids commerciaux dont la conception s'avère, plus mon expérience croît, de moins en moins pertinente pour des colonies de belle stature. Il s'avèrent être impossibles à nettoyer sans "exp-l-oser" la colonie voire le nid lui-même, le plexiglas se déforme sous l'effet de la chaleur et de l'humidité, des sorties bien top petites ; bref, parfait pour débuter mais pas du tout adapté aux exigences des fourmilières matures et des éleveurs maniaques de la propreté. :])

Brainstorming. Possibilité de nettoyer la fourmilière aisément. Dans l'habitacle "nid", zones sèche et humide séparées dont la superficie, le nombre peuvent être modulés selon l'évolution démographique ; le tout maintenu à une température de vingt-quatre degrés. Renouvellement facilité de l'air. Plateforme surélevée détachable non accessible aux fourmis par le dessous mais par le dessus oui. Pas d'usage de colle. Bunker pour la gyne. Vaste aire de fourragement. Impossibilité pour les blattes de faire irruption dans la colonie encore moins de se cacher dans un angle mort. Etc.

Issu de mon esprit torturé ^^, voici en photos la toute nouvelle aire de vie de mes Camponotus dolendus !

[Blog] Camponotus dolendus, 1.jpg


De plus près...

[Blog] Camponotus dolendus, 2.jpg
[Blog] Camponotus dolendus, 3.jpg


Sous le nid, un tapis chauffant de cinq watts permet de maintenir à l'intérieur du module "nid" la température idéale de vingt-quatre degrés pour cette espèce (extérieur : vingt-et-un degrés). A droite et à gauche, j'ai disposé six tubes à essai (place possible pour dix) avec réserve d'eau pour une autonomie de quatre mois ; ces derniers sont facilement remplaçables. Au centre, une boite en plexiglas identique à celles que j'utilise pour mes aires de fondation (AF) mais cette fois-ci sans couvercle. Dans le fond, quelques cubes permettant aux ouvrières d'accéder facilement à la partie supérieure extérieure du nid. Plus proche de vous le bunker dans lequel la gyne s'est installée.

Sur la seconde photo, j'ai replacé la plaque de plexiglas blanche qui peut être, comme vous le voyez, enlevée si nécessaire. J'ai appliqué au verso une bande d'anti-évasion afin que les ouvrières ne puissent s'y aventurer toujours dans l'objectif de pouvoir la manipuler aisément ; ne serait-ce que pour prendre quelques photos ou enlever les différents modules pour nettoyage. Vous remarquerez que j'ai laissé sciemment un espace entre la boite de plexiglas transparente (zone sèche) et le toit de l'habitacle afin de permettre aux ouvrières d'accéder à la zone humide correspondant aux six tubes à essai en présence. Dernière particularité, il y a un espace de cinq millimètres entre le rebord du "toit" et le fond de l'AdV. Ce qui permet aux fourrageuses de passer par l'arrière lorsqu'elles désirent venir manger les insectes très assommés ou toutes sortes de mets que je leur dépose dans l'écuelle.

Encore de plus près... ;-)

[Blog] Camponotus dolendus, 5.jpg
[Blog] Camponotus dolendus, 4.jpg


Ces deux clichés sont intéressants à plus d'un titre. Outre le fait qu'ils vous permettent de mieux appréhender les volumes disponibles, ceux-ci vous indiquent clairement de quelle manière ma colonie a organisé son déploiement. En zone sèche, la gyne est dans son "bunker" entourée d'un magma d'ouvrières et de larves alors que d'autres corvéables ont préféré s'installer dans les tubes humides. Enfin, une cohorte de fourmis a déplacé les cocons à l'endroit le plus chaud de la boite... toujours en zone déniée d'humidité.

Cette aire de vie a peu ou prou une capacité d’accueil de six à huit mille bébêtes. De quoi voir venir n'est-il pas ? ;-)


Pour conclure ce billet, une vidéo que j'ai filmée hier soir. Désolé pour les reflets inesthétiques.


* Disponible également en lecture HD


:arrow: Pour vos commentaires et questions éventuelles.
[Q/R] Camponotus dolendus
http://www.myrmecofourmis.com/forum/viewtopic.php?t=12513
Avatar de l’utilisateur
Libertango

Re: [Blog] Camponotus dolendus (Libertango)

Message non lupar Libertango » Jeu 7 Mar 2013 20:58

Bonsoir à toutes et tous ! *salut*

Cela faisait depuis quelques temps que je voulais mettre à jour le billet de mes Camponotus dolendus. J'attendais pour cela la livraison du nid en plexiglas sur mesure qui saurait les mettre en valeur. En regard du nombre d'individus de taille modeste la composant, peu ou prou mille cinq cent à ce jour, et compte tenu de la nouvelle architecture standardisée que j'ai mise en place pour mes colonies de belle taille (un nid horizontal de 75x30cm à la hauteur de galerie ajustable -un centimètre ici- et sur le dessus une AdC de 60x30x20cm) et de mon souhait avoué d'avoir la capacité de leur proposer un espace vital, tant adaptable en espace que formaté dans sa conception et qui plus est aisé à nettoyer, apte à supporter leur évolution des prochaines années, il me fallait, vous en concevez aisément, investir.

Mais ce n'est pas tout. Le design des galeries choisi, faisant fi de l'inutile au profit de l'observation, offre la possibilité immédiate d'avoir une vision globale des espèces que j'élève afin d'en juger la bonne santé. De même, la qualité extrême du plexiglas commandé ainsi que le choix de son épaisseur n'est pas fortuit. Comme je l'ai déjà dit, ce matériau est aussi noble qu'il est capricieux dès lors que l'humidité et la chaleur s'en mêlent. Ce pourquoi, vous noterez la présence régulière de vis placées à des points stratégiques afin d 'éviter les déformations et les fuites (en eau) extra nidales.

Depuis le billet du sept décembre dernier, j'ai laissé à température ambiante mes dolendus afin qu'elles se reposent quelque peu. Il s'avère que cette légère chute de température n'a pas modifié leur comportement. La gyne a continué à pondre comme si de rien était. Vous pourrez constater que l'important couvain est disséminé dans diverses parties du nid sans que leur stade d'évolution motive réellement leur placement en zone chaude, plus ou moins humide. Ne serait-ce finalement pas la petitesse des nids que nous leur proposons habituellement qui nous donne cette impression tenace qu'elles choisissent au millimètre près la zone de dépose ;) ? Quoi qu'il en soit, l'important est de leur donner, laisser des opportunités afin qu'elles puissent choisir elles-mêmes de quelle manière elles souhaitent s'organiser ! On les enferme à vie tout de même :-) .

Arborez vos plus beaux sourires damoiselles, vous allez être observées ! 8-)



* Disponible également en lecture HD

Me reste aujourd'hui à imaginer à quoi ressemblera leur aire de chasse. J'ai quelques idées à la "Liberplexi"... comme de bien entendu. :mrgreen:


Pour vos commentaires et questions éventuelles.
[Q/R] Camponotus dolendus
http://www.myrmecofourmis.com/forum/viewtopic.php?t=12513
Avatar de l’utilisateur
Libertango

Re: [Blog] Camponotus dolendus (Libertango)

Message non lupar Libertango » Sam 11 Mai 2013 00:30

Bonsoir à toutes et tous, *salut*

Deux mois se sont écoulés depuis la dernière mise à jour, ma colonie de Camponotus dolendus se porte toujours comme un charme et sa population a naturellement crû. Il est probable que l'effectif dépasse allègrement les deux mille deux-cents ouvrières désormais. Leurs conditions d'élevage n'ont guère changé ; humidité de 30% et température de vingt-six degrés au point le plus chaud du nid qui, je vous le rappelle, est chauffé par un simple tapis électrique de taille modeste. Depuis le mois de mars dernier donc, rien ne semble avoir changé, à ceci près qu'elles ont désormais déménagé dans un nid en plexiglas de même modèle mais cette fois-ci avec une hauteur sous plafond de deux centimètres. J'ai remarqué, à l'instar de mes autres corvéables Camponotes tropicales, qu'elles apprécient pouvoir amonceler leur couvain sans pour autant le regrouper en un seul et même endroit ; préférant parfois des zones dites "fraiches et arides" à celles "humides et torrides".

[Blog] Camponotus dolendus, DSC00250.jpg
[Blog] Camponotus dolendus, DSC00251.JPG


Plus je les fréquente ^^ , plus leur comportement m'étonne. Elles ne sont pas bien grandes c'est un fait mais leur vivacité doublée d'une agressivité hors pair me laissent à penser que ces fourmis doivent être intéressantes à observer dans leur milieu naturel bien que le pic d'activité constaté soit essentiellement nocturne. Dès la nuit tombée, en véritables sprinteuses, elles investissent l'aire de chasse par centaines pour réintégrer tranquillement leur maisonnée dès les premières lueurs du jour ; à tel point que leur zone de "dégourdissement de papattes" en est désertée. Une accalmie qui me permet de tranquillement nettoyer leur AdC sans être obligé d'attraper les ouvrières à la pince philatélique. À ce propos adorables choupettes, merci de prendre soin ainsi de votre geôlier ^^.

Cette présence ou absence d'ouvrières est d'ailleurs un très bon indicateur me concernant. Quelques corvéables, jamais plus de dix à la fois, se relaient en journée ; buvant jusqu'à plus soif de l'eau sucrée et repartent nonchalamment abreuver leur sœurs d'armes. Mais dès que leur besoin en protéines se fait prégnant, en quelques instants elles déferlent en flots ininterrompus. Inutile de vous stipuler que cette irruption de folles dingues sonne le glas de la douce quiétude de mes amis les blattes qui, d'un seul coup d'un seul, deviennent des "insectes à abattre".

[Blog] Camponotus dolendus, DSC00253.JPG
[Blog] Camponotus dolendus, DSC00254.JPG


Et pour que le spectacle soit captivant ^^, j'ai mis en place une aire de chasse qui me permet de mieux observer leurs diverses pérégrinations tout en veillant à ce que les proies ne puissent se glisser subrepticement au sein même du nid ni même accéder à la partie haute qui est une zone réservée à l'abreuvoir. Qui plus est, afin de compliquer la tache des ouvrières pour qu'elles ne ramènent pas des Blata lateralis entières qui, il faut bien l'admettre "pourrissent" leur plexiglas étincelant, un tube de plexiglas transparent faisant office de pont a été installé. *vicieux*

Dans le prochain billet, je vous montrerai de quelle manière mes Camponotus dolendus chassent ; monstrueuses choupettes ! En attendant, voici une vidéo d'ensemble de la colonie. ;)



* Disponible également en lecture HD

Pour vos commentaires et questions éventuelles.
[Q/R] Camponotus dolendus
http://www.myrmecofourmis.com/forum/viewtopic.php?t=12513
Avatar de l’utilisateur
Libertango

Re: [Blog] Camponotus dolendus (Libertango)

Message non lupar Libertango » Lun 22 Juil 2013 13:51

Bonjour à toutes et tous *salut* !

S'il y a bien un évènement dans une colonie qui marque le passage de l'adolescence à l'age adulte c'est bien l'apparition des premiers sexués. En règle générale, une fourmilière "captive" ne génère que des mâles ou des femelles ; rarement les deux simultanément. C'est non sans fierté que je vous annonce que mes très populeuses corvéables Camponotus dolendus m'offrent, nous gratifient aujourd'hui d'un superbe présent !

Car à l'heure à laquelle je vous écrit ces quelques lignes...
41 reines en devenir et 36 mâles sont déjà nés.

Ces cadeaux de la nature restent pour le moment dans les tréfonds du nid mais prenant en considération le relatif énervement des ouvrières et leur propension à faire bloc près de la sortie donnant à leur aire de chasse en début de soirée, j'imagine que le désir de s'envoler vers d'autres contrées se fait prégnant. Si l'occasion m'en est donnée, je tacherais bien évidemment d'immortaliser cet évènement pour notre plaisir à toutes et tous.

[Blog] Camponotus dolendus, -DSC00295.jpg
[Blog] Camponotus dolendus, -DSC00294.jpg


Bien sûr que nous pourrions dès à présent extrapoler sur une hypothétique fécondation intranidale, que la colonie deviendrait comme par enchantement adepte du matriarcat pluriel, que les sexuées femelles qui n'auraient pas succombé aux charmes de leurs fougueux prétendants couperaient leur ailes et par le fait se transformeraient en ouvrières de gros calibre, mais je n'en ferai rien. Pourquoi donc ? La réponse est fort simple, limpide dirions-nous même... Je n'ai la moindre idée de ce que l'avenir nous réserve.

Quoi qu'il en soit chers amis, cette tranche de vie que je me suis appliquée à saisir m'emplit de bonheur et c'est avec une indicible joie que je vous la présente ici. :])


* Disponible également en lecture HD

"Un mariage heureux est une longue conversation qui semble toujours trop brève".

Pour vos commentaires et questions éventuelles.
[Q/R] Camponotus dolendus
http://www.myrmecofourmis.com/forum/viewtopic.php?t=12513
Avatar de l’utilisateur
Libertango

Re: [Blog] Camponotus dolendus (Libertango)

Message non lupar Libertango » Mer 21 Aoû 2013 15:47

Bonjour à toutes et à tous ! *salut*

Mais comment peuvent-elles être aussi nombreuses ?

[Blog] Camponotus dolendus, -DSC00321.jpg
[Blog] Camponotus dolendus, -DSC00323.jpg


C'est en substance la réflexion que je me fais systématiquement lorsque je procède au nettoyage de l'espace habitable de certaines de mes colonies notamment celle de mes Camponotus dolendus ; un déménagement "pattes à la main" qui dure deux longues après-midis les concernant. La méthodologie usitée qui pourrait s'apparenter à un travail fastidieux ^^ même à l'observateur patenté reste malgré les années qui s'égrainent un réel plaisir. Je vous en ai déjà fait part. Ce contact, toutes ces petites et leur couvain que je déplace est un moment privilégié pour le moins. Alors imaginez un instant cette "sensation indicible" de pouvoir s'approcher au plus près de la ribambelle de sexués avec lesquels vous avez pu faire connaissance antérieurement. A ce propos, et comme je vous l'avais susurré précédemment, leur nombre a encore cru avec une forte poussée des naissances de mâles ce dernier trimestre. Ils sont désormais un bon tiers de plus.



* Disponible également en lecture HD

Dans cette première vidéo, vous avez pu observer la colonie blottie dans un aquarium de taille modeste dit "zone de délestage" avant son déménagement final. Mis à part l'effectif en présence à la limite de l'indénombrable, notez l'incroyable couvain qui va donner naissance d'ici quelques jours à une cohorte de nouvelles ouvrières ; mes futures corvéables au combien volontaires comme j'aime à les appeler. Il est d'ailleurs intéressant de noter que ce sont les ailés qui sont nés en premier ; un signe évident voire prioritaire de l'attention portée par la fourmilière quant à leur confort. Vous le saviez certainement déjà mais pour ma part, je le découvre... un peu. De même, il s'avère remarquable de constater chez les femelles non fécondées qu'elles ont déjà le caractère bien trempé de leur mère ^^. En cela qu'elles se baladent au gré de leurs désidératas sans réellement se soucier de leurs congénères du commun qui, malgré tout, les nettoient, leur donnent la pitance... De fieffés puînés infantes ! :) Quant aux mâles, ces adeptes du "un pour tous, tous sur un" attendent serrés les uns contre les autres le signe, que dis-je, les trompettes retentissantes sonnant leur glas voire leur... trépas. Je ne vous cache pas que je ne sais réellement pas ce qu'il va advenir dans les prochaines semaines de toutes ces royaux sans couronne mais ce manège inédit me comble l'appétence myrmécophile.

Quoi qu'il en soit, et pour paraphraser Cervantes, je saurai être patient en veillant bien à leur laisser le temps suffisant. Alors chers amis, rendez-vous au prochain billet ! ;)



* Disponible également en lecture HD


Pour vos commentaires et questions éventuelles.
[Q/R] Camponotus dolendus
http://www.myrmecofourmis.com/forum/viewtopic.php?t=12513
Avatar de l’utilisateur
Libertango

Re: [Blog] Camponotus dolendus (Libertango)

Message non lupar Libertango » Jeu 3 Oct 2013 16:11

Bonjour à toutes et à tous ! *salut*

Dans la rubrique des questions et réponses de ce billet, je vous informais ces derniers jours qu'il était hautement probable que j'écrive un billet en ces pages pour fêter les un an d'existence du suivi de ma très populeuse colonie de Camponotus dolendus originaire d'Asie. Vous le savez pertinemment chers ami(e)s, l'essaimage est dans la vie d'une fourmilière un évènement qui, plus encore que la production de sexués, indique et marque assurément son passage définitif à l'âge adulte.

Mais pour que les sexués mâles et femelles s'envolent à la nuit tombée, il est nécessaire de réunir nombre de prérequis telles qu'une humidité et une chaleur adaptées au sein de l'aire de chasse par exemple ou bien encore veiller à ce que l'accès permettant la sortie des ailés en soit facilité par quelques stratagèmes... Mais avant toute chose, le myrmécophile devra s'employer à observer ses corvéables plusieurs jours durant et détecter le moment précis où l'envol serait envisageable pour enfin le déclencher à l'heure souhaitée.

Cela faisait quatre jours que j'avais remarqué que mes sexués qui, je vous le rappelle, sont au nombre de soixante femelles et de quelques quarante mâles avaient été déplacés par les ouvrières, tirés dirions-nous même ^^, non loin de la seule sortie accessible menant à leur "couloir" d'envol. Je notais aussi une effervescence inhabituelle et systématique des fourmis en milieu de soirée ; vers les vingt-deux heures en substance. La veille, j'avais ajouté un petit promontoire en caoutchouc dans le nid afin que les gynes, lestes à l'horizontale mais indisposées par leur poids à la verticale, puissent facilement poser leurs "patounettes" sur la rampe flexible reliée "à leur hypothétique liberté". Puis, après avoir réglé la luminosité ambiante à son minimum et mis en marche mon caméscope, j'ai rebranché le tapis chauffant posé sous le nid ce qui a eu pour effet immédiat d'augmenter la chaleur et l'humidité. En l'espace de quelques minutes, une multitude de paires d'ailes s'étaient engouffrées dans le tube précédées par des cohortes d'ouvrières particulièrement excitées.

Quel spectacle formidable m'a été offert par ma colonie ce soir-là ! Des Camponotus exotiques, mâles et femelles, essaimant devant mes yeux ! :'(

À l'heure où je vous écris ces quelques lignes, les sexués ont été reconduits manu-militari dans leur cocon de plexiglas. De nouvelles tentatives d'essaimage auront certainement lieu ces prochains jours. Aussi, vous imaginez bien que d'ici quelques temps, et si le dieu des fourmis me l'autorise, je tenterais probablement une fécondation extra-nidale. Quelques idées pour y parvenir me viennent déjà en tête... Sait-on jamais. ;)

N'ayant malheureusement pas le temps cette après-midi de vous en écrire plus à leur propos, je me tiens bien entendu à votre entière disposition pour toutes les questions que vous seriez à mêmes de vous poser.



* Disponible également en lecture HD

Pour vos commentaires et questions éventuelles.
[Q/R] Camponotus dolendus
http://www.myrmecofourmis.com/forum/viewtopic.php?t=12513
Avatar de l’utilisateur
Libertango

Re: [Blog] Camponotus dolendus (Libertango)

Message non lupar Libertango » Jeu 12 Déc 2013 17:08

Bonjour à toutes et tous, *salut*

Alors que certaines de mes colonies vont bientôt découvrir les nouveaux nids qui les attendent, je me suis dit qu'il était grand temps que je vous glisse quelques mots sur ma colonie de Camponotus dolendus. Pour rappel, le mois d'octobre a vu apparaitre une nuée de femelles et de mâles ailés ; ailés qui ont essaimé dès octobre et ce jusqu'au vingt novembre précisément. Ces derniers étaient au nombre de soixante-huit pour la première catégorie et quelques cent quatre-vingt-trois pour la seconde. Je vous en donne le décompte précis car j'ai décidé, il y a quelques semaines, de les retirer de la fourmilière. Entre le prélèvement et le nettoyage du nid, quelques huit longues heures d'affilées à genoux sur le sol m'ont été nécessaires. Inutile de vous dire qu'avec le recul, j'aurais du les attraper à même l'aire de chasse ^^. Mais ce n'est pas tout, un élément perturbateur supplémentaire a rendu le travail particulièrement ardu mais je vous en parlerai dans un prochain billet. ;)

[Blog] Camponotus dolendus, --DSC00443.jpg
[Blog] Camponotus dolendus, --DSC00444.jpg


Dans la nature, les sexués Camponotus essaiment et ne reviennent pas au nid lorsqu'il ne trouvent pas un prétendant du sexe opposé d'une colonie voisine. Peu à peu, leur présence "insistante" au sein du nid tendait à désorganiser les ouvrières et la gyne pondait bien moins qu'à l'accoutumé. Mais il y avait un risque qui m'inquiétait bien plus que cette effervescence journalière..., le fait que les femelles non fécondées puissent enlever leurs ailes à un moment ou à un autre. Un acte d'automutilation qui m'aurait rendu impossible la tâche de reconnaître la véritable reine entourée de tous ses clones. Une colonie avec soixante-huit fausses reines qui gambadent partout... Imaginez le cauchemar ! :-o

[Blog] Camponotus dolendus, -DSC00456.jpg
[Blog] Camponotus dolendus, -DSC00459.jpg


Mais vous imaginez bien qu'une autre idée me trottait dans la tête :)... Il est avéré qu'au sein d'une même colonie élevée en captivité il ne peut y avoir d'accouplement. Et après ? En tant que myrmécophile, Il est de notre devoir à tous de repousser toujours plus loin les limites. Si tant est que la nature le permette, je vais malgré tout essayer de les faire s'accoupler ! Mes diverses expériences de ces derniers mois me permettent aujourd'hui de déclencher à l'envie cet "échauffement" rendant envisageable la fécondation. Je n'irai pas jusqu'à employer l'expression "avec un claquement de doigts" mais cela s'en approche ^^.

Mais avant de vous montrer de quelle manière je compte m'y prendre, laissez-moi vous citer celles que j'ai définitivement abandonnées. La première était "de ne rien faire" et laisser la nature suivre son cours. La seconde en mettant les ailés tous sexes confondus dans un même récipient. Enfin, séparer les femelles des mâles afin que la phéromone d'appartenance à la colonie mère se dissipe. J'ai tenté ces trois possibilités, en vainc.

Me reste alors qu'à tenter le tout pour le tout !
Non, j'en vois déjà qui y pensent... je ne vais pas les assister dans leurs ébats. :mrgreen:

[Blog] Camponotus dolendus, -DSC00455.jpg
[Blog] Camponotus dolendus, -DSC00457.jpg


Armé de ma plus belle pince philatélique, j'ai donc sélectionné un cheptel de cinquante reines ailées parmi les plus vigoureuses (les cohortes de mâles ont été quant à eux euthanasiés). Ces dernières sont accompagnées de vingt ouvrières chargées de les aider à se nourrir même si cela ne semble pas nécessaire. Mon objectif est simple ! Maintenir ces gynes en vie jusqu'à la prochaine fabrication de sexués mâles en septembre de l'année prochaine. Si je les maintiens en forme, si elles ne coupent pas leurs ailes, si les femelles perdent leur identité coloniale, il est envisageable (?) qu'une fécondation puisse être réalisée. Bien entendu, j'ai déjà amorcé une réflexion quant à la méthodologie à employer mais c'est encore bien trop tôt pour vous en parler en détail. ;-)

Pour clore ce billet, je vous ai préparé deux petites vidéos. La première vous montrera l’éreintant déménagement de ma monstrueuse colonie ^^ et la seconde l'espace de vie qui hébergera pendant une année nos adorées "intrigantes".

Et comme le dit si bien l'adage : "Qui ne tente rien n'a rien". *amen*


* Disponible également en lecture HD


* Disponible également en lecture HD


Pour vos commentaires et questions éventuelles.
[Q/R] Camponotus dolendus
http://www.myrmecofourmis.com/forum/viewtopic.php?t=12513
Avatar de l’utilisateur
Libertango

Re: [Blog] Camponotus dolendus (Libertango)

Message non lupar Libertango » Mar 27 Mai 2014 16:17

Bonjour à toutes et tous, *salut*

Le moins que l'on puisse dire est que certaines de mes colonies deviennent particulièrement compliquées à faire déménager. Ma fourmilière de Camponotus dolendus en est l'exemple même. Vous qui avez lu mon précédent billet savez bien ce que j'entends par là. Lorsque je dois nettoyer mes nids en plexiglas, toute mes corvéables en sont exfiltrées par poignées, parfois même une par une à la pince philatélique pour les plus récalcitrantes d'entre-elles. Alors lorsque des nuées de sexués mâles et femelles rentrent dans la danse, c'est une voire deux journées qu'il me faut pour les faire déménager puis réaménager. Une tâche mensuelle plaisante je l'avoue mais éreintante au possible il faut bien l'admette.

Je me suis amusé à prendre quelques clichés parmi les très nombreuses étapes qui me permettent de vous montrer mes corvéables adorées dans les meilleures conditions possibles.

[Blog] Camponotus dolendus, Camponotus dolendus - Nettoyage (1)
Camponotus dolendus - Nettoyage (1)
[Blog] Camponotus dolendus, Camponotus dolendus - Nettoyage (2)
Camponotus dolendus - Nettoyage (2)

[Blog] Camponotus dolendus, Camponotus dolendus - Nettoyage (3)
Camponotus dolendus - Nettoyage (3)
[Blog] Camponotus dolendus, Camponotus dolendus - Vue générale
Camponotus dolendus - Vue générale


Pressentant une forte poussée démographique cette année (encore une ^^), j'ai rajouté un second nid en verre de 60x30x2 mais cette fois-ci avec une épaisseur utile de 1,2 cm. Juxtaposés sous l'aire de chasse, ils permettent de doubler l'espace habitable tout en offrant un gradient d'humidité et/ou de température appréciable. Je pense en me trompant peut-être -certainement- que cela devrait suffire pour le moment...

Mais ce n'est pas tout !

De par l'expérience que je tente en ayant prélevé cinquante princesses de mon élevage en décembre 2013, un aquarium supplémentaire de taille plus modeste les héberge dorénavant (je vous invite à parcourir les billets précédents). A ce propos, je n'ai eu à déplorer qu'un seul décès en six mois. Sur ce cheptel, quatre femelles ont enlevé leurs ailes et ces bougresses remplacent peu à peu les vingt-cinq ouvrières qui les accompagnaient initialement. Elles chassent les blattes vivantes distribuées, amènent sous leur "dôme" la viande hachée Charal, déplacent les détritus jonchant leur petite aire de vie et semblent de moins en moins capables de "se supporter". En ce sens que j'observe parfois de gentilles petites rixes ça et là. Certaines ailées s'isolent un temps pour finalement retourner se blottir... Une fois le mois, je rajoute quelques ouvrières que je puise dans la colonie mère. Elles sont mises à mort, subséquemment ! Cette réaction de défense, cette agressivité me laissent à penser que mes donzelles sont en passe de perdre leur odeur phéromonique originelle. N'oubliez pas mon objectif premier, prélever fin 2014 des mâles pour tenter une reproduction assistée qui, je vous le rappelle, est réputée être impossible pour des sexués mâles et femelles issus d'une seule et même fourmilière de cette espèce.

Il est bien entendu encore bien trop tôt pour crier victoire mais j'essaye de mettre toutes les chances de notre côté chers amis. En effet, je passe chaque mois les princesses sous l'eau (je sais, je sais ^^) et nettoie leur antre de verre toutes les quinzaines. Figurez-vous que j'en prélève régulièrement une et la glisse dans l'aire de chasse de la colonie mère. Plus le temps passe, moins ce côté intrusif est toléré par les cohortes d'ouvrières ennemies (?). Depuis fin mars, elles n'essayent même plus de la ramener au cœur du nid ! J'ai aussi constaté en mai les premières anicroches... Alléluia !

Il est d'ailleurs amusant de constater qu'à mesure que des problématiques semblent se régler d'autres, plus lointaines, déjà poignent ; les plus imaginatifs d'entre-vous les conceptualiseront sans peine... À suivre donc. ;-)



* Disponible également en lecture HD

Pour vos commentaires et questions éventuelles.
[Q/R] Camponotus dolendus
http://www.myrmecofourmis.com/forum/viewtopic.php?t=12513
Avatar de l’utilisateur
Libertango

Re: [Blog] Camponotus dolendus (Asie)

Message non lupar Libertango » Mer 1 Oct 2014 19:54

Bonjour à toutes et tous, *salut*

Mis à part le fait que ma "colonie " de gynes ailées Camponotus dolendus se porte à merveille en pondant à tout va, force est de constater que ma fourmilière mère voit son nombre de corvéables croître chaque mois. Nonobstant le fait qu'elle me produit régulièrement des sexuées femelles que j'extrais systématiquement, une particularité à tout le moins "remarquable" a fait son apparition courant juin : l'une d'entre elles s'est séparée de ses ailes...

De prime abord, vous me direz que cela n'a rien d'exceptionnel car il arrive parfois qu'une gyne devienne simple ouvrière, certes charismatique mais dont le comportement au sein du nid ne prête guère à confusion. Elle vaque à ses occupations jusqu'au moment où elle est mise à mort. J'ai d'ailleurs pu observer cette année nombre de gynes et de mâles ailés tardant à essaimer être ainsi recyclés par la colonie. Souhaitant ardemment observer de plus près ces deux couronnes dévoilées voire dévoyées, je décidais semaine passée de déménager l'ensemble des fourmis dans l'aire de chasse. Pour cela, il m'a fallu les "sortir" quasiment une par une... Une tâche fastidieuse et... éreintante, je vous le dis !

[Blog] Camponotus dolendus, Gyne Camponotus dolendus n°1
Gyne Camponotus dolendus n°1
[Blog] Camponotus dolendus, Gyne Camponotus dolendus n°2
Gyne Camponotus dolendus n°2


Une fois les cohortes agglutinées et les deux "reines" déposées, les ouvrières ne m'ont donné aucun indice qui aurait dévoilé un quelconque subterfuge car les agissements des deux donzelles sont semblables. Pis encore, les ouvrières ne semblent pas les différencier : mêmes soins, mêmes traitements. Énigmatique, non ?

1) Si nous partons du principe que la nouvelle venue a été fécondée par un mâle de sa propre colonie, cela signifierait qu'elle est une pure anomalie (ou le fruit d'une adaptation ?) du fait de l'élevage en captivité ; un cas de polygynie pour une espèce monogyne ! Et que penser de cette anomalie si elle devenait constante ?

2) Si nous partons du principe que la nouvelle venue n'est pas fécondée, hormis le fait avéré qu'elle est tolérée depuis des mois, ses œufs donneraient immanquablement naissance à des mâles. Ces derniers seront-ils occis au sein même du nid ou essaimeront-ils pour d'hypothétiques accouplements ? Mieux encore, comment se comporteront-ils lorsque je les jetterai en pâture à ma colonie de gynes ailée isolée depuis près d'une année ?

3) Etc... ;)

Qu'en pensez-vous chers amis ?


* Disponible également en lecture HD


Pour vos commentaires et questions éventuelles.
[Q/R] Camponotus dolendus
http://www.myrmecofourmis.com/forum/viewtopic.php?t=12513
Avatar de l’utilisateur
Libertango

Suivante


Retourner vers Blogs des espèces "exotiques"


  • Sujets en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message





Forum