AIDE : Quelle est la bonne espèce de fourmis pour débuter ?

AIDE : Quelle est la bonne espèce de fourmis pour débuter ?

Message non lupar One_Xz » Sam 16 Déc 2017 23:52

Bonjour à tous aujourd'hui on va parler d'un problème qui me tracasse : c'est le manque de diversité des espèces choisis par les débutants ! En fait les vendeurs ont tendance à proposer aux débutants 2 espèces : Lasius niger et Messor barbarus. Ces espèces sont partout et "pourrissent" la section "blog des espèces endémique" car il n'y a presque que ces deux dernières.
Malheureusement cela à des conséquences pour d'autres espèces qui avec des caractéristiques similaires voir identiques ne rentre jamais ou rarement dans la case première espèce des débutants, c'est principalement le cas pour :
- M. bouvieri
- M. capitatus
- M. structor (c'est quand même dommage)
- M. Wasmanni
- Crematogaster auberti
- Crematogaster sordidula
- Le genre Tetramorium
- Le genre Temnothorax
- Le genre Myrmica
- Le genre aphaenogaster

Voici la liste non exhaustive des espèces oubliées par les débutants (et les non débutants) du coup, je me suis dit que l'on pouvait faire un nouvelle liste des espèces pour débutants. Certaines espèces ont une mention "PLUS DURE" du fait de leurs petites difficultés.

Attention à prendre une espèce vivant dans votre région !!

La première espèce :

Messor barbarus / Messor bouvieri / Messor capitatus / Messor structor / Messor wasmanni / Messor minor

Informations générales :

Taille de la reine : 16 mm environ.
Taille de l’ouvrière : de 3,5 à 14 mm mais un peu plus petite pour les wasmanni et plus grosse pour capitatus
Présence de majors ou soldats avec des variations importantes de taille et d’aspect (grosseur et couleur de têtes)
Absence d’aiguillon (ne pique pas)
Monogyne (1 reine par colonie)
Longévité : Jusqu’à 30 ans pour les reines et jusqu’à 2 ans pour les ouvrières.
Couleur des individus : noire avec la tête plus ou moins orangée pour les reines et les ouvrières
Population maximum en captivité : 80 000 individus environ

Conditions d’élevage :

Températures : de 25 à 30°C. Pour les jeunes colonies il est conseillé, la première année, de maintenir celles-ci à des températures comprises entre 27 et 30°C
Une pause hivernale de 8 semaines à 15°C est est recommandé.
Humidité : apprécie une hygrométrie (humidité dans l’air du nid) comprise entre 65 et 90%.

Alimentation :

A dominance granivore, cette espèce appréciera surtout les graines, quelques petits insectes sont également appréciés.
Bon nombre d’insectes sont parasités. Pour éviter d’infecter votre colonie avec ceux-ci, il est conseillé de les passer au congélateur 48 à 72 heures avant de les proposer.
Pour être sûr d’éviter toute carence, une alimentation variée est indispensable. Les mélanges de graines pour canaris ou perruches complétés de quinoa et de graines de pissenlit conviendront dans la plupart des cas.

PLUS DURE Crematogaster scutellaris / Crematogaster auberti / Crematogaster sordidula


Informations générales :

Taille de la reine : 10 mm environ.
Taille de l’ouvrière : de 4 à 6 mm
Pas de major ou de soldat
Ne pique pas
Monogyne (1 reine par colonie)
Longévité : Jusqu’à 20 ans pour les reines et jusqu’à 2 ans pour les ouvrières.
Couleur des individus : noir avec la tête orangée à rouge pour les reines et les ouvrières
Population maximum en captivité : 200 000 individus environ

Conditions d’élevage :

Températures : de 25°C à 30 °C. Pour les jeunes colonies il est conseillé, la première année, de maintenir celles-ci à des températures comprises entre 27 et 30°C .
Pour la pause hivernale cela reste encore à débattre.
Humidité : apprécie une hygrométrie (humidité dans l’air du nid) très faible. Cette espèce peut même vivre dans un nid relativement sec si on lui propose de la nourriture liquide et qu’elle a un abreuvoir à disposition.

Alimentation :

A dominance omnivore, cette espèce appréciera surtout les nourritures liquides contenant du sucre, des protéines, ainsi que des vitamines et des sels minéraux.
Pour être sûr d’éviter toute carence, une alimentation variée est indispensable. Lait concentré sucré, jaune d’œuf sucré, sirops et jus de fruits, gélatine très liquide…

Tetramorium caespitum / Tetramorium semilaeve

Informations générales :

Taille de la reine : 4 à 5 mm environ.
Taille de l’ouvrière : de 2 à 3 mm
Ne pique pas.
Longévité : Jusqu’à 15 ans pour la reine et jusqu’à 1 an et demi pour les ouvrières.
Couleur des individus : brun foncé à noir pour la reine et généralement roux clair pour les ouvrières (il peut y avoir des variations de teinte selon les fondations, de jaune à roux foncé).
Population maximum en captivité : plus de 100 000 individus.
Principalement polygyne (plusieurs reines par nid) dans la nature, cette espèce étant à fondation indépendante, on va également la retrouver en monogynie (1 reine par colonie).

Conditions d’élevage :

Températures : de 20 à 30°C.
Une pause hivernale de 8 à 12 semaines à 10 / 14°C est très fortement conseillée.
Humidité : Espèce xérophile, cette fourmi doit être élevée dans des nids relativement secs. Elle apprécie une hygrométrie (humidité dans l’air du nid) comprise entre 60 et 65 %. Un abreuvoir ou des morceaux de fruits riches en eau sont, dans ces conditions, impératifs.

Alimentation :
A dominance omnivore, cette espèce appréciera principalement les petits insectes mais également les nourritures liquides contenant du sucre, des protéines, ainsi que des vitamines et des sels minéraux.
Bon nombre d’insectes sont parasités. Pour éviter d’infecter votre colonie avec ceux-ci, il est conseillé de les passer au congélateur 48 à 72 heures avant de les proposer.


PLUS DURE Temnothorax unifasciatus / Temnothorax nylanderi

Informations générales

Temnothorax nylanderi ou Temnothorax unifasciatus ne forme pas de grandes colonies, ce qui lui permet de vivre dans des abris naturels insolites, comme des glands. Elle visite souvent les arbres pour y chercher nectar et pucerons et a besoin de très peu d'humidité.
Son comportement étonnamment pacifique la pousse à éviter tout conflit avec une autre espèce. Elle se nourrit cependant parfois d'insectes morts mais s'intéresse avant-tout aux liquides sucrés.
Puisqu'elle forme de petites colonies, on obtient rapidement des sexués : mâles ou femelles, parfois les deux, et en particulier si vous disposez de deux colonies, un essaimage en captivité est assez facile à obtenir ainsi donc que de nouvelles reines !
La plus petite fourmilière possible lui conviendra, tout en étant rarement humidifiée. Elle apprécié par contre une certaine chaleur pour se développer.
Petite, elle révèle néanmoins une vraie activité au sein de la colonie dès qu'une loupe est utilisée pour mieux l'observer.

élevage :

Température : Idéalement 27°C la journée, un peu moins la nuit.
Taille de la reine : 5mm environ.
Taille des ouvrières : 3mm environ.
Nourriture : Liquides sucrés, petits insectes morts
Hivernage : 2 mois à 15°C environ.
Humidité : Très faible.


PLUS DURE Myrmica rubra / Myrmica ruginodis

Informations générales :

Taille de la reine : 7mm environ.
Taille de l’ouvrière : de 4 à 6mm
Pas de major ou de soldat
Présence d’aiguillon (piqûre douloureuse mais sans danger)
Polygyne (plusieurs reines possibles par colonie)
Longévité : Jusqu’à 6 ans pour les reines et jusqu’à 18 mois pour les ouvrières.
Couleur des individus : jaunâtre à brun foncé suivant l’âge, reines plus foncées.
Population maximum en captivité : 8 000 individus environ

Conditions d’élevage :

Températures : de 18 à 24°C.
Une pause hivernale de 12 à 16 semaines est obligatoire à 10°C de novembre à février.
Humidité : apprécie une hygrométrie (humidité dans l’air du nid) comprise entre 80 et
100%.

Alimentation :

A dominance omnivore, cette espèce appréciera de petits insectes et de la nourriture
liquide contenant du sucre, des protéines, ainsi que des vitamines et des sels minéraux.
Bon nombre d’insectes sont parasités. Pour éviter d’infecter votre colonie avec ceuxci,
il est conseillé de les passer au congélateur 48 à 72 heures avant de les proposer.
Pour être sûr d’éviter toute carence, une alimentation variée est indispensable. Lait
concentré sucré, jaune d’œuf sucré, sirops et jus de fruits, gélatine très liquide


Lasius niger / flavus / alienus / brunneus / emarginatus / grandis / lasioides / platythorax / turcicus

Ai-je vraiment besoin d'en parler ?

PLUS DURE Aphaenogaster senilis / gibbosa / festae /iberica / spinosa

Informations générales :

Le développement rapide d'Aphaenogaster demande un apport régulier d'insectes et/ou protéine, ce qui est une occasion parfaite pour observer son comportement de chasse. Vous pourrez remarquer qu'elle est capable de recruter des ouvrières pour achever sa proie grâce à des ultrasons produits par un grattoir situé à l'arrière du thorax. Une ouvrière peut donc demander de l'aide à distance, sans phéromone et sans contact.
Les ouvrières mordent fort et peuvent parfois piquer mais c'est sans effet sur la peau humaine.
Une fois la proie morte, elle sera ramenée dans le nid. C'est là que vous remarquerez que les larves sont directement posées sur la proie et se nourrissent seules grâce à leurs mandibules puissantes !
Si chaque Aphaenogaster se nourrit seule, reine et ouvrières inclues, c'est en raison de son absence d'estomac social qui empêche les ouvrières de pratiquer la trophallaxie (échange de nourriture entre individus). Ainsi, ces dernières découpent la nourriture et la donne directement aux larves lorsqu'elle est solide ou déposent des graviers dans les liquides pour les ramener au nid imbibés de nourriture à partager.
Ce comportement s'observe parfois avec des graviers humides que les ouvrières ramènent au nid afin de réguler son humidité.
Dernière particularité, elle produit également rapidement des mâles et des femelles ailées et un essaimage en captivité est envisageable. Elle est même capable de suralimenter les larves afin de produire des princesses permettant parfois de remplacer la reine si elle a été perdue.

élevage :

Durée de vie de la reine : 12 ans maximum
Taille de la reine : 10mm environ
Taille des ouvrières : 6-8mm environ
- Espèce monogyne.
- Besoin en humidité : Très faible à moyenne
- Température diurne : Idéalement 27°C pour le couvain. Laisser une partie du nid plus fraiche sera parfait.
- Température nocturne : De 20 à 24 degrés environ
- Hivernage : 1 mois et demi à 15 degrés. Il est possible de maintenir la colonie à une température plus élevée durant cette période. Bien la nourrir durant cette période (elles ne stockent pas la nourriture !)
- Nourriture : viande, poisson, insectes vivants ou morts, miettes de biscuits (les biscuits pour bébés sont riches en protéines et sont parfaits pour vos fourmis), lait en poudre, pollen, quelques liquides sucrés, oeuf cuit dur, gelées à base d'agar ou de gélatine, d'œufs, de fruits, de miel...
Il est conseillé de déménager la colonie dans son nouvel habitat en vidant le tube dans l'aire de nourrissage. Il peut en effet arriver que les ouvrières s'attaquent entre elles lors d'un déménagement naturel (en reliant le tube au nouveau nid par le trou de liaison) en raison de leur comportement territorial.



La deuxième espèce ! ;-)

Vous avez réussi avec brio votre première espèce et pour votre deuxième année d'élevage vous voulez une nouvelle espèce, vous pouvez donc vous orienter vers des espèces avec la mention "PLUS DURE" ou prendre une espèce du type : Camponotus, Formica, Solenopsis ou Pheidole. Mais attention car certaines boutigues vont vous mentir en vous expliquant que vous pouvez prendre votre première espèce exotique alors que c'est faut c'est juste pour son prix qu'il vous la conseille.


Camponotus cruentatus / ligniperdus / vagus / herculeanus / lateralis / piceus / aethiops

Facilité d’élevage :

On classe cette espèce comme « moyennement facile » parce qu’il lui faut obligatoirement une pause hivernale (passage au froid de 10 semaines minimum, voir la fiche d’élevage). A part cela, cette espèce s’élève facilement.

Informations générales :

Taille de la reine : 17 à 21 mm .
Taille de l’ouvrière : de 10 à 21 mm mais pour les lateralis 6 à 9 mm
Présence de majors.
Absence d’aiguillon (ne pique pas)
Monogyne (1 reine par colonie)
Longévité : Jusqu’à 15 ans pour les reines et jusqu’à 3 ans pour les ouvrières.
Population maximum en captivité : 8 000 individus environ

Conditions d’élevage :
Températures : de 25 à 30 °C. (+ pause hivernale)

Alimentation :

A dominance omnivore, cette espèce appréciera surtout les nourritures liquides contenant du sucre, des protéines, ainsi que des vitamines et des sels minéraux mais aussi quelques insectes congelé 48 heures.


Formica rufibarbis / fusca / gagates / cunicularia / sanguinea

Facilité d’élevage :

On classe cette espèce comme « moyennement facile » parce qu’il lui faut obligatoirement une pause hivernale (passage au froid de 10 semaines minimum, voir la fiche d’élevage). A part cela, cette espèce s’élève facilement.

Informations générales :

Taille de la reine : 17 à 21 mm .
Taille de l’ouvrière : de 10 à 21 mm
Présence de majors.
Absence d’aiguillon (ne pique pas)
Monogyne (1 reine par colonie)
Longévité : Jusqu’à 15 ans pour les reines et jusqu’à 3 ans pour les ouvrières.
Population maximum en captivité : 8 000 individus environ

Conditions d’élevage :
Températures : de 25 à 30 °C. (+ pause hivernale)

Alimentation :

A dominance omnivore, cette espèce appréciera surtout les nourritures liquides contenant du sucre, des protéines, ainsi que des vitamines et des sels minéraux mais aussi quelques insectes congelé 48 heures.

PLUS DURE Pheidole pallidula et Solenopsis fugax

Informations générales :

Taille de la reine : 8mm environ.
Taille de l’ouvrière : de 3 à 5,5mm
Présence d’une caste de soldats Pour les Pheidole mais pas pour les Solenopsis.
Absence d’aiguillon (ne pique pas)
Monogyne (1 reine par colonie)
Longévité : Jusqu’à 15 ans pour la reine et jusqu’à 2 ans pour les ouvrières.
Couleur des individus : brun foncé pour la reine et brun rougeâtre pour les ouvrières
Population maximum en captivité : 200 000 individus.

Conditions d’élevage :

Températures : de 27 à 30°C pour le Pheidole et 24 à 26 pour les Solenopsis
Pas de pause hivernale (un passage au froid est même fortement déconseillé pour ces espèces originaires de contrées chaudes).
Humidité : apprécie une hygrométrie (humidité dans l’air du nid) comprise entre 70 et 100%.

Alimentation :

A dominance omnivore, cette espèce appréciera particulièrement les petits insectes mais également les nourritures liquides contenant du sucre, des protéines, ainsi que des vitamines et des sels minéraux.
Bon nombre d’insectes sont parasités. Pour éviter d’infecter votre colonie avec ceux-ci, il est conseillé de les passer au congélateur 48 à 72 heures avant de les proposer.

Conclusion :

Pour conclure n'oublié par que l'élevage de fourmis demande une certaine rigueur et une certaine responsabilité en particulier pour les espèces : Pheidole palidulla, Crematogaster scutellaris et Solenopsis fugax qui ne peuvent pas être confié à tout le monde. J'ajouterai aussi qu'il ne faut pas "collectionner" les espèces à ses début et que l'élevage de fourmis indigène de chez vous et surtout non-invasives et la meilleur chose à faire pour débuter. N'oubliez pas de vous renseigner AVANT d'acheté vos fourmis.
En attendant renseignez vous bien et Bonne journée ! *salut* ;-)

One_Xz.
Avatar de l’utilisateur
One_Xz

Re: Quelle est la bonne espèce pour débuter ?

Message non lupar benj4min » Dim 17 Déc 2017 10:29

La forte présence de Lasius niger et Messor barbarus c'est la facilité avec laquelle on trouve ces espèces dans la nature (ce qui a deux conséquences : on peut en trouver soi-même facilement ou on peut en acheter pour pas cher).

Par ailleurs, je ne recommanderais jamais de Crematogaster scutellaris aux débutants. C'est une espèce jolie et intéressante à observer, certes, mais contrairement à ce que tu laisses sous-entendre, ce n'est pas inoffensif. Ça ne pique peut-être pas mais ça mord et envoi de l'acide. De plus, elles s'évadent facilement et peuvent finir rapidement dans une porte ou la charpente et y faire des dégâts très importants (c'est arrivé à un membre du forum il y a peu).

Après, je suis d'accord avec toi, j'aimerais aussi voir d'autres d'espèce que des Lasuis niger ou Messor barbarus sur les blogs du forum. :)
Avatar de l’utilisateur
benj4min

Re: Quelle est la bonne espèce pour débuter ?

Message non lupar One_Xz » Dim 17 Déc 2017 10:49

Oui tu as raison j'ai rajouté une mention "plus dure". *salut*
Avatar de l’utilisateur
One_Xz

Re: Quelle est la bonne espèce pour débuter ?

Message non lupar berniespacemaker » Dim 17 Déc 2017 11:20

Bravo ! Voilà un sujet fort intéressant, qui d'ailleurs ne s'adresse pas qu'aux débutants.
En effet cela pourrait inciter tout le monde à diversifier ses espèces, favoriser des dons et échanges.
Je garde ce sujet dans mes tablettes.
Bravo ! Bravissimo ! :slap: :slap: *salut*
Avatar de l’utilisateur
berniespacemaker

Re: Quelle est la bonne espèce pour débuter ?

Message non lupar Flolegueu » Dim 17 Déc 2017 11:41

Sujet très intéressant et bien détaillé, merci.

benj4min a écrit:La forte présence de Lasius niger et Messor barbarus c'est la facilité avec laquelle on trouve ces espèces dans la nature (ce qui a deux conséquences : on peut en trouver soi-même facilement ou on peut en acheter pour pas cher).

Par ailleurs, je ne recommanderais jamais de Crematogaster scutellaris aux débutants. C'est une espèce jolie et intéressante à observer, certes, mais contrairement à ce que tu laisses sous-entendre, c'est pas inoffensif. Ça ne pique peut-être pas mais ça mord et envoi de l'acide. De plus, elles s'évadent facilement et peuvent finir rapidement dans une porte ou la charpente et y faire des dégâts très importants (c'est arrivé à un membre du forum il y a peu).

Après, je suis d'accord avec toi, j'aimerais aussi voir d'autres d'espèces que des Lasuis niger ou Messor barbarus sur les blogs du forum :)


Sérieux, elles mangent le bois ?
Avatar de l’utilisateur
Flolegueu

Re: Quelle est la bonne espèce pour débuter ?

Message non lupar vince » Dim 17 Déc 2017 12:02

Pour ma part, j'ai dû voir des Lasius sp tout au plus une dizaine de fois dans ma vie et jamais étant débutant je n'ai réussi à en élever (les Lasius emarginatus ont été mes favorites en Lasius sp mais bien plus tard que les espèces que je vais vous citer).
Les Messor barbarus je n'en ai jamais observé de ma vie à part une jeune fondation que j'avais acheté il y a longtemps et que je n'ai pas réussi à maintenir...

Je ne suis aucunement contre les sujets de conseil sur les espèces pour débuter mais je pense que chacun à ses propres espèces de débutant et ce n'est pas parce que 20 personnes ont débuté avec la même que tout le monde saura faire pareil.
Déjà il faut pouvoir trouver l'espèce en question et le mieux quand on débute, c'est une espèce que l'on a chez nous dans notre jardin afin de ne pas forcer par inadvertance un débutant à l'achat, je vois ce comportement en dehors de ce forum et c'est pathétique, les sites de vente s'en servent tout le temps.

De plus, sur tous les débutants qu'il y a ici, combien déjà sont restés sur le forum ? Combien arrivent à élever leurs fourmis sans les faire crever ? Combien (s'ils y arrivent) gardent leur(s) première(s) colonie au point de se faire envahir ? Combien gardent leur colonie du début sans passer à d'autres espèces ? Je la connais la réponse : TRÈS PEU !

Étant dans le Sud de la France (mais pas trop) j'ai donc débuté chez moi à l'âge de 11 ans jusqu'à mes 15 ans environ avec la liste d'espèces qui suit avec écrit ce qu'elles m'ont apportés au départ (plus ou moins dans l'ordre) :

1-Messor capitatus (Que j'ai élevé et trouvé le plus souvent mais qui m'ont toujours lassé).
2-Tetramorium caespitum (Qui a été ma colonie la plus populeuse).
3-Crematogaster scutellaris (Qui a été ma colonie qui m'a le plus captivé).
4-Pheidole pallidula (La plus facile et la plus intéressante car j'adorais les voir démembrer tout ce que je leur donnais).
5-Aphaenogaster subterranea (Un comportement intéressant).
6-Temnothorax nylanderi (Celles que j'ai gardé le plus longtemps à cette époque).

Entre deux, j'élevais en parallèle aussi beaucoup d'autres espèces avec lesquelles j'échouais lors de la fondation ou alors que je ne citerais pas car elle n'ont pas gagnées mon intérêt.

Je veux bien que l'on conseille une liste d'espèces pour débuter, c'est même très bien et nécessaire mais vos sélections de difficultés laisse vraiment à désirer (comme les miens le sont pour vous). Surtout en sachant qu'à l'époque avant même d'arriver sur ce forum et jusqu'à mes 18 ans j'étais chez moi que le week-end donc quand je vois certaines espèces dites difficiles ou pas raisonnables car trop d'évasion ça me fait sourire (je ne dis pas que je n'en ai jamais eu mais chacun voit la "difficulté" de la chose à sa façon).
Obligatoirement on va faire des erreurs mais ce sont ces erreurs qui nous apprennent le mieux. La plupart du temps, le fait de les lire nous met en garde mais d'une manière ou d'une autre on fera quand même cette erreur car tant que l'on ne fait pas sa propre expérience, on ne sera pas vraiment quelle espèce correspond à nous-même ! :-)

Toutes ces espèces ne sont à présent pour certaines plus vraiment dans mes centres d'intérêt ; ce sont celles qui m'ont permis de contribuer à ma passion qui a toujours été là. Aussi grâce à des gens qui avant m'ont permis de part leur blogs, leur tutoriels, leur fiches d'élevage et tous ces échanges jusqu'à cette année de pouvoir continuer avec toujours plus d'intérêt des élevages et toujours partager ça avec des passionnés même si parfois la vie en décide autrement.

*salut*
Avatar de l’utilisateur
vince

Re: Quelle est la bonne espèce pour débuter ?

Message non lupar One_Xz » Dim 17 Déc 2017 12:29

Oui tu as raison mais dis-toi que tu vis dans le Sud de la France et des espèces tu en as beaucoup dans ton coin mais pour les éleveurs du Nord ou du centre les espèces autres que Lasius sp sont rares. Tu as vu 10 colonies de Lasius sp dans ta vie, bah dans la région lilloise, c'est le nombre de colonies de cette espèce qu'il y a dans mon jardin... :mrgreen:
L'été dernier j'ai du voir 100 reines Lasius sp pour à peine 3 reines d'autres espèces. *salut*
Avatar de l’utilisateur
One_Xz

Re: Quelle est la bonne espèce pour débuter ?

Message non lupar Hormigo » Dim 17 Déc 2017 12:32

Hello,

En avoir marre des Lasius et autres Messor c’est une chose, mais de là à conseiller des lignicoles méditerranéennes pour débuter, je pense que c’est inconscient.
Pour débuter, on devrait privilégier une espèce locale, qu’on pourrait éventuellement relâcher.
Tes C. scutellaris, si elles se barrent dans une ville de la moitié nord de la France, où vont-elles aller nicher ?
Pas dans une vieille souche pourrie ou un arbre : trop froid. Elles vont chercher un endroit chauffé...

Si vous tenez absolument à établir une nouvelle liste essayez de rester sur des communes qu’on trouve partout en France (T. caespitum, M. rubra, etc.) ou alors a minima précisez les régions où elles sont présentes.
Avatar de l’utilisateur
Hormigo

Re: Quelle est la bonne espèce pour débuter ?

Message non lupar Antoine » Dim 17 Déc 2017 12:47

Moi j'ai commencé avec des Messor structor et je n'ai jamais eu de problèmes avec, elles sont très intéressantes à observer comme les M. barbarus mais en plus elles sont polygynes. Donc je conseille à tous les débutants cette espèce très sympa mais pourtant très peu présente dans les élevages.
Avatar de l’utilisateur
Antoine

Re: Quelle est la bonne espèce pour débuter ?

Message non lupar One_Xz » Dim 17 Déc 2017 12:53

Oui @Hormigo je vais le préciser.
Avatar de l’utilisateur
One_Xz

Suivante


Retourner vers Le Coin des "Débutants"


  • Sujets en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message





Forum