Pléométrose

Pléométrose

Message non lupar Rekyem » Jeu 17 Jan 2019 13:29

Bonjour, bonsoir ! *salut*

Les essaimages que j'ai observé l'été dernier, sur Paris, de Lasius sp. (certainement noire) ont été assez impressionnants. Des gynes plein les trottoirs, vivantes et mortes. De ces essaimages je n'ai prélevé qu'une reine, pour me faire la main, étant inexpérimenté (au jour d'aujourd'hui, je ne le suis encore que peu).

Bref ! Je m'attends à observer de nouveau ce genre d'essaimage massif. Et je me pose la question de la pléométrose en captivité, utile, ou non ?

---

"Dans la nature et en captivité, Lasius niger peut pratiquer la "pléométrose primaire". C'est à dire qu'un certains nombre de gynes coopèrent lors de la fondation afin d'augmenter leurs chances de survie. En effet, le couvain ainsi que la première génération d'ouvrières seront plus conséquents. Cependant, lorsque la colonie prend de l'ampleur, les ouvrières élimineront toutes les gynes surnuméraires pour n'en garder qu'une qui sera certainement à leurs yeux, la plus en forme et la plus féconde."
cf : http://www.myrmecofourmis.com/fiches/673362 (entre autres).

Ce qui attire mon attention c'est le passage sur la sélection de la gyne par les ouvrières. Celle qui restera en vie.
De notre point de vue d'éleveur, parmi 50 gynes il nous est difficilement possible de définir quelle gyne est en forme, quelle gyne est malade, ou autre, avant d'observer une évolution très positive de la fondation/colonie ou la mort prématurée de celle-ci. Or s'il nous est difficilement possible de voir ça, d'un point de vue humain, l'on sait très bien voir les différences entres d'autres humains qui nous seraient présentés de la même manière.
Là où je veux en venir c'est que nous, humains, ne sommes pas capables de voir la fiche de caractéristique d'une reine (force, dextérité, intelligence... oups, non, pas ici :mrgreen:), alors que les ouvrières, elles, en sont manifestement capables. Je me trompe peut-être, mais quand la décision vient d'éliminer les gynes surnuméraires, les ouvrières ont l'air d'accord, alors qu'elles viennent de portées différentes, de la gyne à garder.

Du coup, plusieurs questions :think: :
- Avant toute chose, y a t-il eu des expériences, avec une valeur scientifique, de pléométrose, prouvant que les ouvrières sont toutes d'accord sur la gyne à conserver et que c'est certainement la meilleure ? (Plusieurs fondations mises en pléométrose et plusieurs gynes seules, toutes issues du même essaimage... groupe témoin tout ça tout ça...)
J'ai trouvé ça, ou apparemment, avoir la grosse tête c'est bien : https://books.google.fr/books?id=JGdkatCl0rAC&pg=PT88&lpg=PT88&dq=fourmi+pl%C3%A9om%C3%A9trose&source=bl&ots=AZJhFArtMf&sig=ACfU3U0qLLw5Z4-Nk_zDwtALk9NQEKuQww&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjgg73B0PTfAhXnAmMBHe5cCa0Q6AEwCHoECAIQAQ#v=onepage&q=fourmi%20pl%C3%A9om%C3%A9trose&f=false.

- La pléométrose a t-elle d'autres utilités que de sélectionner une gyne et ainsi d'assurer l'avenir de la colonie ? Je veux dire, même si nous sommes incapables de savoir quelle gyne est prometteuse, l'on peut très bien mettre X gynes dans 50 tubes, et voir qu'elles sont les tubes qui s'en sortent le mieux, plutôt que de mettre ces X gynes dans le même tube. Je ne vois pas de différence ici, mais peut-être y en a t-il une en fait. Une gyne d'une pléométrose fonde surement différemment que si elle avait été seule (par compétition, stress, ...), et si elle est finalement sélectionnée, peut-être que cette expérience lui aura permis d'acquérir un comportement positif pour l'avenir de sa colonie ? Comportement qu'elle n'aurait pas eu si elle avait fondé seule.

- Manifestement les fourmis in natura s'en sortent beaucoup mieux que si elles sont en captivité (les colonies in natura arrivent à des populations beaucoup plus élevées, vivent plus longtemps...).
Mais n'est-ce pas la conséquence d'une gyne trop faiblarde, plutôt que la faute de l'éleveur (en considérant un bon éleveur) ? In natura, en cas de pléométrose les ouvrières auraient choisi la best des best conduisant à une super colonie. Mais peut-être que ce type de colonie ne peut être l’œuvre que d'une gyne parmi les milliers d'un essaimage ?

- Parmi vous, qui à déjà tenté, en connaissance de cause, une fondation en pléométrose ? Avec qu'elle observation/résultat ? Avec, à côté, des fondations témoins ?

- Des sources ?

Voila, voila ! :-)
Avatar de l’utilisateur
Rekyem

Re: Pléométrose

Message non lupar Fourmilax » Jeu 17 Jan 2019 17:57

Si les colonies d'élevage n'atteignent pas les mêmes tailles que dans la nature c'est principalement faute de moyens (lorsqu'une colonie grossit trop pour que l'on arrive à suivre, elle est freinée par le manque de place, de nourriture...), de plus les conditions ne sont pas toujours idéales en captivité puisque la colonie ne peut pas forcément choisir le meilleur endroit où se mettre.
A l'inverse, l'élevage en captivité enlève un gros poids sur la colonie: la compétition. Sans compétition pour les ressources, une colonie d'une souche moins viable peut très bien s'en sortir, tandis qu'elle se ferait dévorer par ses voisines dans la nature...
En parcourant rapidement les articles scientifiques sur le sujet, les quelques papiers intéressants décrivent que la pléométrose apporte un peu plus d'ouvrières au départ, et les fondatrices perdent moins de masse corporelle: en partageant le nombre d'oeufs pondus, les reines investissent moins. C'est là l'avantage que je trouve dans la pléométrose en captivité: les reines peuvent tenir un petit peu mieux la longue période de jeûne avant l'arrivée des ouvrières, parce qu'elles dépensent moins dans la ponte.

La pléométrose a donc pour avantage de donner un "head start", un petit peu d'avance dans la nature, ce qui donne plus de chance à une jeune colonie de surpasser les autres dans l'occupation du teritoire et des sources alimentaires.
Cet avantage n'est pas si important en captivité.

De plus, je préfère avoir x fondations plutôt qu'une fondation de x reines.
Pourquoi? parce que la fondation est une étape critique durant laquelle la colonie est très fragile. Si on pense aux maladies, il y a plus de chances que une seule fondation se fasse détruire, tandis qu'avec x tubes, on protège les fondations entre elles et on évite la dispersion d'une maladie.

J'ai lu également que ce ne sont pas les ouvrières qui sélectionnent les reines. Quand la taille de la colonie augmente, les gynes commencent à se battre entre elles. Elles sont alors plutôt sélectionnées pour leur combativité (il est décrit que les ouvrières deviennent aggressives plus tard, et contre les gynes déjà blessées et battues). Selon Aron &al (Influence of queen phenotype, investment and maternity apportionment on the outcome of fights in cooperative foundations of the ant Lasius niger, 2009), les reines les plus à même de survivre les combats sont les plus grosses, indépendamment du nombre d'oeufs qu'elles ont pondu pendant la fécondation, donc indépendamment de leur fertilité.
Ces même reines se débrouilleraient très bien lors de la fondation puisqu'elles partent avec beaucoup de réserves (théoriquement), donc je ne vois pas d'avantage à risquer de les faire se blesser dans une pléométrose.

Au bilan, je pense donc qu'il peut être intéressant, lors d'une récolte (et je pense notamment aux essaimages massifs des Lasius), de faire quelques tubes contenant chacun 2 ou 3 gynes. Ça peut augmenter l'assurance d'avoir des colonies qui vont au bout de la fondation, cependant je ne le préconise pas forcément, car selon moi ça n'apporte pas grand chose par rapport à une plus grande quantité de fondations simples au départ.
Avatar de l’utilisateur
Fourmilax

Re: Pléométrose

Message non lupar Rekyem » Ven 18 Jan 2019 12:02

J'ai lu également que ce ne sont pas les ouvrières qui sélectionnent les reines. Quand la taille de la colonie augmente, les gynes commencent à se battre entre elles. Elles sont alors plutôt sélectionnées pour leur combativité (il est décrit que les ouvrières deviennent aggressives plus tard, et contre les gynes déjà blessées et battues). Selon Aron &al (Influence of queen phenotype, investment and maternity apportionment on the outcome of fights in cooperative foundations of the ant Lasius niger, 2009), les reines les plus à même de survivre les combats sont les plus grosses, indépendamment du nombre d'oeufs qu'elles ont pondu pendant la fécondation, donc indépendamment de leur fertilité.

C'est également ce que j'ai lu dans un le lien que j'ai partagé. Aussi les différentes choses que j'ai pu lire se contredisent. Mais est-ce juste un constat sur une pléométrose de laboratoire, ou une véritable étude de plusieurs pléométroses (en laboratoire ou non) ?

Au bilan, je pense donc qu'il peut être intéressant, lors d'une récolte (et je pense notamment aux essaimages massifs des Lasius), de faire quelques tubes contenant chacun 2 ou 3 gynes. Ça peut augmenter l'assurance d'avoir des colonies qui vont au bout de la fondation, cependant je ne le préconise pas forcément, car selon moi ça n'apporte pas grand chose par rapport à une plus grande quantité de fondations simples au départ.

Si la pléométrose n'apporte qu'un boost à la fondation, je ne trouve pas intéressant de le tester. Sauf pour observer le comportement des différentes gynes et ouvrières, mais est-ce si intéressant que ça à observer ?
Avatar de l’utilisateur
Rekyem

Re: Pléométrose

Message non lupar Tlasius » Ven 18 Jan 2019 12:20

Salut, je peux te parler de l'expérience que j'ai faite l'été dernier. J'ai mis 4 gynes dans des tubes séparés mais avec la même aire de chasse. Quand les ouvrières des différentes fondations se sont rencontrées, j'ai eu quelques décès, et elles ont regroupé deux gynes ensemble, puis volé le couvain des autres. Là ça a duré une semaine, puis une des gynes a tué l'autre, les ouvrières n'ont rien fait du tout. Ensuite une des deux autres gynes a rejoint cette fondation. Elles sont restées ensemble 15 jours environ et une est décédée, je ne peux pas te dire comment, je n'étais pas la. On a donc une gyne avec un gros couvain et des ouvrières et une avec des oeufs. Seulement la gyne la plus "forte" avait perdu une patte et au bout d'un moment je l'ai retrouvée sur le dos, morte. Ceci est peut-être dû à la fatigue occasionnée par les combats. Donc je me suis retrouvé avec des ouvrières orphelines et une gyne toute seule, j'ai laissé comme ça et les ouvrières au bout de 10 jours sont allées chercher la gyne et elles l'ont adoptée. Et tout va bien depuis, là elles sont en diapause et tout se passe bien. Donc celle qui avait "battu" les autres est morte et celle qui est restée tranquille dans son coin a survécue. Ce n'était pas très éthique je te l'accorde et au final j'ai bien failli tout perdre. :-)
Avatar de l’utilisateur
Tlasius

Re: Pléométrose

Message non lupar Fourmilax » Ven 18 Jan 2019 16:10

Rekyem a écrit:C'est également ce que j'ai lu dans un le lien que j'ai partagé. Aussi les différentes choses que j'ai pu lire se contredisent. Mais est-ce juste un constat sur une pléométrose de laboratoire, ou une véritable étude de plusieurs pléométroses (en laboratoire ou non) ?

Les articles que j'ai trouvés étaient des études portant entièrement sur la pléométrose. Il s'agit pour la plupart d'expériences en laboratoire de fondations avec des reines en différentes conditions (seules/ en groupes).
Le consensus est majoritairement que la pléométrose permet d'avoir un effectif plus grand que les autres après la fondation.
J'ai également lu dans un article que les ouvrières tendraient à nourrir plus (donc après la fondation) la reine la plus fertile, mais je ne suis pas sûr du fondement de cette réflexion (à creuser donc...). En tous les cas, il semble toujours que ce soit la rivalité entre reines qui sélectionne la survivante à la fin.

Voici mes réfs:

Queen aggression, pleometrotic advantage and brood raiding in the ant Veromessor pergandei (Hymenoptera: Formicidae)
Steven W.Rissing, Gregory B.Pollock, https://doi.org/10.1016/S0003-3472(87)80154-9

Colony founding by pleometrosis in the fire ant, Solenopsis invicta
Walter R. TschinkelDennis F. Howard, https://doi.org/10.1007/BF00343200

Colony founding by pleometrosis in the semiclaustral seed-harvester ant Pogonomyrmex californicus (Hymenoptera: Formicidae)
Robert A.Johnson, https://doi.org/10.1016/j.anbehav.2003.11.021

Pleometrosis in Lasius niger
Sommer, K. Hoelldobler, B.

An experimental analysis of pleometrotic advantage in the desert seed-harvester antMessor pergandei (Hymenoptera; Formicidae)
S. W. RissingG. B. Pollock, https://doi.org/10.1007/BF01240970
Avatar de l’utilisateur
Fourmilax

Re: Pléométrose

Message non lupar RevaNihil » Sam 19 Jan 2019 12:25

Pour avoir personnellement testé la pléométrose avec des gynes Lasius sp. je peux partager le fait que les ouvrières ne sélectionnent pas systématiquement la même reine, on voit alors différents groupes se créer, s'entretuer ou juste se séparer. Cette fondation s'est terminée sans aucune reine valide : seule une était encore en vie mais du fait de ses pattes atrophiées et de quelques blessures elle est morte deux jours plus tard. Une expérience risquée donc. Mieux vaut se contenter de la bonne vieille méthode. *good*
Avatar de l’utilisateur
RevaNihil

Re: Pléométrose

Message non lupar Rekyem » Lun 21 Jan 2019 14:54

Le consensus est majoritairement que la pléométrose permet d'avoir un effectif plus grand que les autres après la fondation.

Grâce au 'head start' ou à une bonne sélection ? ;)
J'ai également lu dans un article que les ouvrières tendraient à nourrir plus (donc après la fondation) la reine la plus fertile, mais je ne suis pas sûr du fondement de cette réflexion (à creuser donc...). En tous les cas, il semble toujours que ce soit la rivalité entre reines qui sélectionne la survivante à la fin.

Peut-être que la plus fertile est aussi la plus combattante... Une reine aurait-elle conscience de sa supériorité génétique ? '-'
J'ai lu que, les gynes pondent en se contrôlant, pour justement garder des forces pour le 'combat' à venir, mais que si elles ne pondent pas suffisamment il est possible qu'elles soient considérés comme infertile/inutile.
Pour avoir personnellement testé la pléométrose avec des gynes Lasius sp. je peux partager le fait que les ouvrières ne sélectionnent pas systématiquement la même reine, on voit alors différents groupes se créer, s'entretuer ou juste se séparer. Cette fondation s'est terminée sans aucune reine valide : seule une était encore en vie mais du fait de ses pattes atrophiées et de quelques blessures elle est morte deux jours plus tard. Une expérience risquée donc. Mieux vaut se contenter de la bonne vieille méthode. *good*

Si c'est le résultat systématique, ça ne vaut pas le coup de tester, effectivement.

Ps : merci pour les sources @Fourmilax !
Avatar de l’utilisateur
Rekyem



Retourner vers Expériences / Projets avec les Fourmis (TIPE, TPE, Pédagogie…)






Forum