Myrmécochorie

La myrmécochorie est la dispersion des graines par les fourmis. Les fourmis transportent volontairement ces graines pour les consommer, contrairement à l'épizoochorie, qui se fait à l'insu des animaux (ex: lorsque les graines s'accrochent à leurs poils).

Il y a deux sortes de myrmécochorie, la première étant la consommation totale de la graine, et la deuxième la consommation d'un appendice inutile au développement de la graine. Les fourmis dites moissonneuses, comme les Messor sp., consomment ces graines. Une partie des graines qu'elles récoltent sera rejetée du nid sans être touchée, ou alors abandonnée sur le chemin du nid. Il s'agit bien de la myrmécochorie, car les plantes se servent des fourmis pour disperser leurs graines.

Certaines graines possèdent un appendice inutile au développement appelé élaïosome. Cet appendice attire les fourmis. L'élaïosome est difficilement détachable par une seule ouvrière, de ce fait, l'ouvrière la rapporte au nid. La graine sera alors rejetée du nid une fois l'élaïosome détaché. Il y a environ 1,2% des plantes qui sont myrmécochores. La myrmécochorie est présente sur tous les continents, et dans tous les écosystèmes. Dans les forêts tempérées, la myrmécochorie représente jusqu'à 30% de la dispersion des graines.

Glossaire Myrmécologique