[Synthèse] Acariens : prévention et élimination

[Synthèse] Acariens : prévention et élimination

Message non lupar DMX » Sam 21 Déc 2013 12:03

Introduction

Les acariens sont des arachnides, ils appartiennent donc au même groupe que les araignées et les scorpions. Actuellement plus de 50 000 espèces d'acariens ont été décrites, néanmoins certains auteurs (Walter, D.E. et Proctor, H.C. - 1999) estiment qu'il existerait plus d'un million d'espèces différentes ... Malgré cette très grande diversité, dans nos élevages on observe 2 types d'acariens : les acariens « détritivores » et les acariens « sangsues ».

Les acariens « détritivores » sont les acariens les plus communs rencontrés dans les élevages de fourmis. Ces acariens sont mobiles et très souvent observés dans les dépotoirs et rarement sur les fourmis vivantes (mais on peut les trouver sur les cadavres de fourmis mortes). Ces acariens sont réputés peu dangereux pour les fourmis lorsque leur population reste faible. Néanmoins lorsque leur population devient très importante, un impacte est souvent observé sur le développement de la colonie et des fondations.
Image


Les acariens « sangsues » sont très rarement rencontrés dans les élevages de fourmis (ils appartiendraient au genre Pimeliaphilus). Ces acariens sont très rarement mobiles et restent en permanence fixés sur les fourmis vivantes. Ces acariens sont réputés dangereux pour les fourmis car ils suceraient l'hémolymphe des fourmis. Ces acariens sont très souvent observés dans les colonies pillées ou boostées.
Image
Image


Il est important de souligner que les acariens dans les élevages de fourmis sont rares, et ils peuvent facilement être évités en prenant les mesures de précaution adéquates.


Comment éviter d'avoir des acariens ?
Congeler les insectes nourriciers : les insectes utilisés pour nourrir les fourmis (mouches, grillons, araignées etc.) peuvent possiblement porter des acariens. Il est donc fortement conseillé de placer ces insectes nourriciers au congélateur (72h par sécurité) pour éliminer les éventuels acariens présents (la congélation n'affecte pas la valeur nutritive des insectes).



Nettoyer nid/ADC : comme leur nom l'indique, les acariens détritivores consomment les détritus. Un nid et une ADC sale constitueront un bon endroit pour la prolifération des acariens détritivores. Pensez donc à régulièrement nettoyer le nid et l'ADC.

Quelques gouttes d'eau de javel dans le réservoir : mettre quelques gouttes d'eau javel dans le réservoir permettrait de limiter le développement des moisissures dans la fourmilière qui est une source de nourriture pour les acariens détritivores. Attention à ne pas surdoser la quantité d'eau de javel.

Tissu imprégné de produits anti-acariens : des acariens qui proviennent de fourmilières voisines contaminées ou du milieu extérieur peuvent s'introduire dans les diverses interstices du nid. Pour éviter cela, il est recommandé de placer sous sa fourmilière un tissus/papier absorbant (sopalin, papier buvard etc ...) imprégné d'un vrai produit anti-acarien (et non pas du jus de citron ou vinaigre). Il est également conseillé de faire la même chose pour les boîtes d'élevage d'insectes nourriciers.

Insectes commensaux : il est souvent observé que les fourmilières contaminées par des commensaux (psoques, collemboles etc …) ne sont pas contaminées par des acariens. Ces insectes commensaux entrent probablement en compétition avec acariens détritivores limitant ainsi leur développement. Néanmoins ces commensaux ne sont ni plus ni moins des arthropodes détritivores au même titre que les acariens détritivores, ils peuvent donc poser les mêmes problèmes que les acariens détritivores en cas de surpopulation …

Adapter la taille du nid : lorsqu'un nid est trop grand par rapport à la taille de la colonie de fourmis, des ouvrières peuvent construire des dépotoirs dans la fourmilière. Ces dépotoirs constituent un bon endroit pour la prolifération des acariens détritivores.

Attention aux évasions : une fourmi qui s'échappe de la fourmilière et qui est donc exposée au milieu extérieur peut possiblement attraper des acariens (notamment si elle rode autour d'autres colonies contaminées). A vous de voir si cela vaut le coup de réintroduire des fourmis évadées possiblement contaminées.

Aérer le nid : l'ensemble des acariens rencontrés dans nos élevages ont besoin d'humidité pour se développer (hygrométrie favorable : 65 à 80%). Donc un nid qui est particulièrement humide constitue un bon terreau pour la prolifération des acariens. Lors de la conception du nid, pensez donc à l'intégration de systèmes d'aération efficaces en cas de contamination par des acariens.

Bien choisir l'espèce : certaines espèces sont plus exposées aux acariens que d'autres. Par exemple, les acariens « sangsues » sont très souvent observés dans les colonies de Myrmica sp, tandis que les acariens détritivores sont très souvent observés dans les colonies de Aphaenogaster senilis (qui sont particulièrement sales …). Au contraire, les espèces xérophiles qui peuvent vivre dans des nids entièrement sec sont très peu exposés aux acariens (ex : Crematogaster scutellaris).

Attention aux colonies exotiques : la plupart des colonies exotiques (et non des fondations) vendues sur Internet sont des colonies pillées dans la nature. Outre les problèmes éthiques, le pillage est la principale source d'acariens « sangsues ». Préférez donc l'achat de fondations exotiques à l'achat de colonies exotiques.

Ne pas introduire de corps étrangers : les acariens sont partout dans notre environnement. Tout objet/individu étranger à la colonie est potentiellement porteur d'acariens. Il est donc fortement déconseillé d'introduire des corps étrangers, exemples : morceaux de bois (écorce, branches), plantes, terre, ouvrières et cocons pillées etc ...

Éviter certains élevages nourriciers : les élevages nourriciers qui impliquent une forte humidité, de la chaleur et des détritus sont déconseillés car propices aux développement des acariens détritivores (ex : élevage de drosophiles). Préférez les élevages nourriciers qui impliquent une très faible humidité (ex : élevage de vers de farine).

Fermer l'ADC : de nombreux éleveurs supposent que les acariens détritivores peuvent arriver par voie aérienne, et notamment par la poussière. Bien que cela soit un peu tiré par les cheveux, ce n'est pas complètement impossible. Si vous avez de la poussière, commencez par sortir l'aspirateur (il n'est pas normal d'avoir des nuages de poussières qui se forment au moindre courant d'air …). Par mesure de précaution vous pouvez également fermer l'ADC (ex : cuve fermée), ou placer les fourmillière/ADC dans un meuble fermé (ex : meuble vitrine).

Mettre de l'anti-évasion : les acariens ne peuvent pas traverser de l'huile = engluement, et le talc leur est nocif (cf. lutte chimique). Les anti-évasions de type huile de paraffine ou talc/talcool empêchent donc l'entrée ou la sortie des acariens.

Éviter la nourriture qui pourrit rapidement : il est déconseillé de donner de la nourriture qui peut pourrir rapidement et donc qui pourrait constituer un bon endroit pour la prolifération des acariens détritivores.

Éviter les nids en matières putrescibles : les nids en bois/liège pourrissent rapidement en présence d'humidité (or la pourriture est particulièrement appréciée par les acariens détritivores). De plus rien ne garantit que le bois/liège utilisé ne soit pas porteur de parasites ...

Fondations dépendantes : pour les espèces à fondation dépendante (= qui nécessitent l'apport d'ouvrières et/ou de couvain extérieur), il est fortement conseillé d'apporter des ouvrières/cocons provenant d'élevage artificiel non contaminé (et non de fourmilières extérieures « naturelles »).


Éliminer les acariens : solutions « physiques »

Assécher le nid : les acariens ont besoin d'humidité pour se développer, donc en abaissant au maximum l'humidité du nid vous limiterez de manière significative leur développement, vous décimerez une partie de la population et vous les forcerez à migrer vers des zones plus humides en dehors du nid (placer le nid sur un tissu imprégné de produits acariens pour tuer ceux qui s'échappent). Néanmoins cette méthode ne permet pas de les éradiquer à 100%.

Déménager dans un nouveau nid propre : en déplaçant la colonie dans un nouveau nid, vous les mettrez dans un nouvel environnement dépourvu de dépotoirs et de moisissures (= sources de nourriture pour les acariens détritivores). De plus une grande partie des acariens détritivores et leurs œufs resteront dans l'ancien nid. Néanmoins cette méthode ne permet pas de les éradiquer à 100%.

Attirer les acariens : au lieu de les tuer, un moyen pour se débarrasser des acariens est de les attirer à endroit pour les éloigner de la colonie. Pour cela il faut rendre le nid hostile à leur développement (ex : placer la colonie dans une nouvelle fourmilière asséchée = pas de dépotoirs + pas d'humidité), et placer dans l'ADC une boîte propice à leur développement (ex : une boîte avec un morceau de Roquefort = fromage rempli de moisissures). Cette boite doit être fermée avec avec un grillage fin pour permettre le passage des acariens mais pas ceux des fourmis. Il existe également des produits chimiques qui attirent les acariens : viewtopic.php?t=13202 . Néanmoins cette méthode ne permet pas de les éradiquer à 100%.

Nettoyage manuel : pour les gynes ou jeunes fondations, il est possible d'enlever manuellement les acariens (notamment de type sangsue) sous loupe binoculaire avec un pinceau. Néanmoins cette méthode n'est pas évidente à réaliser et peut blesser les fourmis si elle est mal réalisée. N'oubliez pas également de changer la fondation de tube à essai.


Éliminer les acariens : solutions « chimiques »

L'utilisation des produits chimiques dangereux implique de se protéger : manipuler à l'extérieur ou sous une hotte aspirante, porter une blouse en coton, des lunettes protection, des gants de protection adaptés, prévoir de l'eau en cas d'accident, et toujours manipuler en présence d'une autre personne (en cas de problème).

Carbonate de calcium : le carbonate de calcium (que l'on trouve facilement pharmacie) est utilisé dans les élevages de drosophiles pour se débarrasser des acariens détritivores. Ce produit très efficace élimine la grande majorité des acariens et de leurs œufs en brûlant leur cuticule. Néanmoins il est fort probable que ce produit brûle également le couvain et les jeunes ouvrières qui ont la cuticule fragile. Pour traiter, placer la colonie dans un récipient et saupoudrez-la de carbonate de calcium (voir vidéo).



Talc : le talc est un silicate de magnésium utilisé en myrmécologie comme anti-évasion. Il agirait sur les acariens de la même manière que le carbonate de calcium en brûlant leur cuticule. Pour traiter, placer la colonie dans un récipient et saupoudrez-la de talc de venise (= talc pure sans parfum).

Soufre en poudre : le soufre en poudre (= fleur de soufre = soufre sublimé) est utilisé en agriculture biologique comme fongicide (= anti champignons) et acaricide (= anti acariens, araignées etc.). Il est jugé très peu nocif pour les humains, les animaux et les abeilles. Le soufre en poudre mélangé à part égale avec du talc et répandu sur les vêtements assure une très bonne protection contre les aoûtats (qui sont des acariens). Pour traiter, placer la colonie dans un récipient et saupoudrez-la de soufre en poudre.

Benzoate de benzyle : benzoate de benzyle est utilisé dans les élevages de drosophiles pour éviter le développement des acariens détritivores. Il également utilisé comme médicament de référence (sous le nom d'ascabiol) pourcontre la gale acarienne humaine (maladie ectoparasitaire due à la colonisation cutanée par un acarien : Sarcoptes scabiei). Pour traiter, placer la colonie dans un récipient et saupoudrez-la de benzoate de benzyle (attention certaines plastiques sont dissout par ce produits, faire des tests au préalable). Pour l’instant aucun test n'a été effectué sur des fourmis.

Acide formique : l'acide formique (= acide méthanoïque) est une acide produit naturellement par les fourmis et d'autres insectes. Cet acide est utilisé en apiculture pour lutter contre le Varroa destructor (acarien parasite des abeilles). Les meilleurs résultats contre le Varroa destructor sont obtenus avec une solution concentrée à 60% en acide formique (pour une température comprise entre 18 et 22°C). Attention un mauvais dosage pourrait être létal pour la colonie (sachant que le dosage est fonction de la température). Cette méthode est recommandée uniquement pour les personnes ayant l'habitude de manipuler des produits chimiques dangereux. Pour l’instant aucun test n'a été effectué sur des fourmis.

Thymol (Apiguard, Thymovar) : molécule extraite du thym utilisée en apiculture pour lutter contre le Varroa destructor (acarien parasite des abeilles). Le thymol est vendu sous forme de gel (Apigard), d'éponge/tissus (Thymovar) ou sous forme cristallisée (à diluer soi-même). Attention un mauvais dosage pourrait être létal pour la colonie (sachant que le dosage est fonction de la température). Cette méthode est recommandée uniquement pour les personnes ayant l'habitude de manipuler des produits chimiques dangereux. Pour l’instant aucun test n'a été effectué sur des fourmis.

Fluvalinate (Apistan) : molécule utilisée en apiculture pour lutter contre le Varroa destructor (acarien parasite des abeilles). Le fluvalinate est actuellement vendue sous forme de bandelette imprégnée de ce produit chimique sous le nom commercial : Apistan. Attention un mauvais dosage pourrait être létal pour la colonie (sachant que le dosage est fonction de la température). Cette méthode est recommandée uniquement pour les personnes ayant l'habitude de manipuler des produits chimiques dangereux. Pour l’instant aucun test n'a été effectué sur des fourmis.

Amitraze (Apivar) : molécule utilisée en apiculture pour lutter contre le Varroa destructor (acarien parasite des abeilles). L'amitraze est actuellement vendue sous forme de bandelettes imprégnées de ce produit chimique sous le nom commercial : Apivar. Attention un mauvais dosage pourrait être létal pour la colonie (sachant que le dosage est fonction de la température). Cette méthode est recommandée uniquement pour les personnes ayant l'habitude de manipuler des produits chimiques dangereux. Pour l’instant aucun test n'a été effectué sur des fourmis.

Jus de citron et vinaigre : le jus de citron contient de l'acide citrique et le vinaigre de l'acide acétique; ces acides permettraient de réduire le nombre d'acariens au même titre que l'acide formique. Néanmoins l'efficacité du jus de citron/vinaigre est très discutable : viewtopic.php?t=526. Rappelons que le jus de citron et le vinaigre, bien que très acides en bouche, sont en réalité composés de 92% d'eau et seulement de 8% d'acides ...


Éliminer les acariens : solutions « biologiques »

Introduire des acariens prédateurs : dans la nature il existe des acariens prédateurs qui s'attaquent aux autres acariens. En lutte biologique ces acariens prédateurs sont utilisés pour éliminer les acariens parasites des volatiles (ex : Dermanyssus gallinae) et des reptiles (ex : Ophionyssus natricis). Dans le commerce on trouve actuellement ces acariens prédateurs sous le nom commercial de Taurrus. Ils correspondent aux acariens Cheyletus eruditus (pour en savoir plus).
Alors que les acariens prédateurs ne posent pas de problème aux volatiles et aux reptiles, la question se pose pour les insectes de petites tailles comme les fourmis. En effet, les acariens prédateurs Cheyletus eruditus, en plus de se nourrir des autres acariens, se nourrissent également des larves de scarabée (Cryptolestes ferrugineus, Cryptolestes turcicus), des œufs des puces de chat (Ctenocephalides felis), des psoques et des jeunes larves des teignes des céréales (Sitotroga cerealella) (source). Ces acariens prédateurs sont donc tout à fait capables de s'attaquer au couvain des fourmis. Pour l'instant aucun test n'a été effectué sur des fourmis.



Introduire des commensaux : il est souvent observé que les fourmilières contaminées par des commensaux (psoques, collemboles etc …) ne sont pas contaminées par des acariens. Ces insectes commensaux entrent probablement en compétition avec acariens détritivores limitant ainsi leur développement. En introduisant ainsi une très grande quantité de commensaux dans un nid parasité, ces commensaux devraient théoriquement entrer en compétition avec les acariens détritivores et les éliminer. Néanmoins pour l'instant personne n'a tenté l'expérience.
Avatar de l’utilisateur
DMX

Re: [Synthèse] Acariens : prévention et élimination

Message non lupar Will » Sam 21 Déc 2013 14:00

DMX a écrit: Ces acariens sont réputés peu dangereux pour les fourmis lorsque leur population reste faible. Néanmoins lorsque leur population devient très importante, un impacte est souvent observé sur le développement de la colonie.


Je rajouterai même sur les gynes seules. L'expérience (involontaire) que j'ai réalisée cet été est la suivante :
3 gynes Tetramorium récoltées au même endroit lors du même essaimage, et provenant sans nul doute de la même colonie ou de colonies très proches.

Après quelques jours:
1 et 2 pondent, 3 ne pond pas.
Après trois semaines :
1 et 2 ont des larves, 3 a une ridicule grappe de trois œufs.
Apres un bon mois :
1 et 2 ont des nymphes, 3 est retrouvée les six pattes en l'air.

Un des tubes était en fait, envahi d'acariens détritivores (sans que je m'en aperçoive car je laissais mes fondations tranquilles dans un coin). Les autres fondations n’étaient pas touchées. Ne pas sous-estimer les détritivores.
Avatar de l’utilisateur
Will

Re: [Synthèse] Acariens : prévention et élimination

Message non lupar Hormigo » Lun 22 Oct 2018 18:16

Image


Un lien vers ce sujet a été ajouté dans la section Pour aller plus loin... du Guide du débutant. :slap:

*merci* à DMX pour son travail, et au passage, petit up pour ceux qui ne l'auraient pas encore lu. ;-)
Avatar de l’utilisateur
Hormigo



Retourner vers Parasites & Commensaux


  • Sujets en relation
    Réponses
    Vus
    Dernier message





Forum